Accès rapide :

Sécurité

La Croatie est un pays où la délinquance de voie publique (vols, agressions, violences) est très faible. A Zagreb, il convient d’éviter aux heures tardives le passage souterrain de la gare principale.

De manière générale, il convient d’appliquer des règles de prudence élémentaire, en particulier pendant la période touristique, dans les zones de forte affluence, et notamment sur la côte (pickpockets).

Il est vivement recommandé de se munir de photocopies des documents d’identité et des titres de voyage, ou bien de les scanner et de se les envoyer par mail, en pièce jointe, avant de partir. Il sera ainsi facile d’en récupérer une copie en cas de vol ou de perte. Il peut également être utile de conserver sur soi le numéro de téléphone de sa compagnie d’assurance.

Attitudes violentes

Les grands rassemblements nationalistes ou sportifs, particulièrement ceux liés au football, peuvent être l’occasion de violences. Il conviendra d’éviter toute provocation.

Attitudes homophobes

La Croatie est dotée d’une législation très complète en matière de lutte contre toute forme de discrimination. Malgré l’existence de quelques groupuscules ouvertement homophobes, en particulier sur la côte dalmate, les « Gay Pride » se déroulent depuis plusieurs années sans incident.

Sports à risque

De nombreux accidents surviennent chaque été. Il est important de bien respecter les précautions indispensables à la pratique des sports à risque en Croatie (canyoning, plongée, escalade, deltaplane, ULM…).

Il est en outre vivement recommandé de s’assurer au préalable que les personnes en charge de l’encadrement sont compétentes et possèdent les autorisations nécessaires.

Festivals

La disparition inquiétante d’une ressortissante française à l’été 2014 doit inciter les voyageurs à faire preuve de toute la vigilance requise à l’occasion de ce type de rassemblement.

Il est notamment recommandé de consulter l’avertissement (« Présence de mines ») et la carte qui figurent plus bas et de ne pas s’éloigner des lieux de festivité. A titre d’exemple, le festival « Momento Demento » (MODEM) est organisé à 20 km de Slunj à proximité d’une zone minée.

Présence de mines

Il demeure un certain nombre de zones minées en Croatie, résultant du conflit des années 1991-1995. Selon les dernières estimations du Centre croate pour le déminage (22 mai 2014), 70.000 mines pourraient encore subsister dans différentes parties du territoire croate, totalisant 600 km² (voir les zones en jaune sur la carte ci-dessous).

Dans ces anciennes zones de confrontation, il est recommandé de prêter la plus grande attention aux pancartes et écriteaux (même d’apparence ancienne), de ne pas s’écarter des routes principales ou des chemins balisés, de ne pas camper dans des maisons abandonnées ou sur des terrains proches et de se renseigner localement sur les conditions de sécurité et de circulation. Une grande prudence est d’autant plus recommandée que les crues survenues en mai 2014 au sud de Vukovar ont pu modifier la localisation de certaines mines.


Pour davantage d’informations, vous pouvez consulter les sites http://www.mine.vlada.hr, http://www.hcr.hr/en et http://misportal.hcr.hr (en anglais).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014