Accès rapide :

Congo

Congo

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 20 mai 2014 - Information toujours valide le: 21 août 2014

Dernière minute

Parc national d’Odzala-Kokoua

Suite à une attaque survenue le 11 avril 2014, qui ne s’est toutefois pas reproduite, les déplacements sont déconseillés, sauf raison impérative :

  • dans la partie du parc national d’Odzala-Kokoua située dans le département de la Cuvette Ouest ;
  • sur la route Etoumbi-Mbomo au-delà du bac se trouvant à la sortie nord d’Etoumbi.
Frontière Nord avec la RCA

La situation qui prévaut en RCA est toujours inquiétante. Le pays et ses frontières ne sont plus contrôlés par les forces de sécurité. Dans ces conditions, il est fortement déconseillé de se déplacer et de séjourner dans une bande frontalière de 50 kilomètres entre le Congo et la RCA. Des éléments incontrôlés de la rébellion ou des délinquants sont susceptibles de créer de l’insécurité dans cette région frontalière.

Département du Pool

Même si aucune attaque de véhicules n’a été signalée depuis plusieurs mois dans le département du Pool à proximité de Mindouli (environ 150 km à l’ouest de Brazzaville), il est vivement recommandé, si vous envisagez de circuler dans cette zone, de rouler dans toute la mesure du possible en convoi et uniquement de jour.

Il est rappelé qu’en cas d’agression, il est important de ne pas chercher à résister aux agresseurs. Leurs demandes étant motivées par des besoins financiers, le refus d’obtempérer peut les conduire à des réactions violentes.

Pointe-Noire

Une épidémie de rage animale sévit depuis plusieurs semaines. Même si elle semble à ce jour endiguée, il est indispensable de consulter au plus vite un médecin en cas de morsure ou de griffure par un animal. Compte tenu des risques de transmission à l’homme, une vaccination préventive (en trois injections) est actuellement conseillée.

Sécurité

Recommandations générales

Suite à une attaque survenue le 11 avril 2014, qui ne s’est toutefois pas reproduite, les déplacements sont déconseillés, sauf raison impérative :

  • dans la partie du parc national d’Odzala-Kokoua située dans le département de la Cuvette Ouest ;
  • sur la route Etoumbi-Mbomo au-delà du bac se trouvant à la sortie nord d’Etoumbi.

Les déplacements sont déconseillés sauf raison impérative dans le Département du Pool où des agressions sont constatées et dans la zone frontalière avec la RCA où des éléments incontrôlés de la rébellion, des délinquants ou des personnes cherchant à quitter le pays sont susceptibles de provoquer des troubles.

La sécurité est assurée dans la majeure partie du pays. Toutefois, et d’une manière générale, il est vivement conseillé de prévenir ses proches lorsque l’on est amené à se déplacer en dehors des villes et de le faire en convoi de deux véhicules au moins. Aucune infrastructure de dépannage n’est en effet opérationnelle. Il convient de mettre en toute circonstance sa ceinture de sécurité, que ce soit à l’avant ou à l’arrière du véhicule. En cas d’accident, l’évacuation d’un blessé n’est en effet envisageable que par le deuxième véhicule. Par ailleurs, en cas d’accident de la circulation avec des dommages corporels, les conducteurs peuvent être pris à partie de manière violente avec des risques de lynchage. Il est recommandé de ne pas rester sur place et de déclarer aussitôt après l’accident au commissariat ou à la brigade de gendarmerie la plus proche.

Il est interdit de prendre des photographies des sites sensibles tels que les ports, les ponts, les routes, les points de contrôle, les bâtiments officiels, etc. En l’absence de définition précise des sites concernés, il est préférable de s’abstenir, en général, de prendre des photographies autres que celles ayant un caractère familial ou privé. En cas de participation à des marches d’une certaine durée (supérieure à une heure), se munir d’un couvre-chef, de lunettes de protection et d’un ravitaillement minimum en eau. Ne jamais s’éloigner du groupe, d’une manière générale, et particulièrement en forêt.

Dans les villes du Congo, comme partout ailleurs, il est imprudent de sortir seul le soir en dehors des quartiers centraux et d’y associer des comportements à risque (excès de boisson, consommation de produits illicites, rencontres tarifées…)

Les agressions connaissent une recrudescence périodique au moment des fêtes de fin d’année. La vigilance doit redoubler en décembre. Ne pas transporter de fortes sommes d’argent pour éviter le phénomène de vol à l’arraché.

A Brazzaville

Brazzaville a été le théâtre, le 4 mars 2012, de violentes explosions au camp militaire de Mpila. Si le risque d’explosion a totalement disparu, le travail de dépollution de cette zone d’environ un kilomètre autour du point d’impact, qui a débuté il y a un an, n’est pas encore achevé. Cette zone demeure totalement inaccessible aux véhicules. Il est demandé à nos ressortissants de respecter cette interdiction.

Sur le reste de la ville, la sécurité est dans l’ensemble satisfaisante, notamment dans les quartiers du centre où séjournent la plupart des étrangers. Il convient d’être plus vigilant la nuit, en particulier dans les quartiers populaires du nord et du sud de la ville (Talangaï, Kintélé, Bacongo, Makélékélé). Il est par ailleurs recommandé de ne pas montrer que l’on se déplace avec de l’argent, des documents, des téléphones ou des appareils photo sophistiqués.

A Pointe-Noire

La vie est normale et les déplacements dans l’arrière-pays se font sans difficulté même si quelques barrages des forces de l’ordre peuvent être rencontrés ici et là. Le quartier du Wharf est toutefois déconseillé jour et nuit en raison de la présence de petits groupes de délinquants. Par ailleurs, dans les quartiers plus excentrés, notamment ceux de la Cité, il convient de rester vigilant la nuit. La route de Dolisie est très dangereuse en raison du trafic des grumiers, et de la vitesse excessive des véhicules.

Transports

Infrastructure routière

A part la route nationale n°2 au nord de Brazzaville jusqu’à Makoua et la route nationale n°1 entre Brazzaville et Kinkala et entre Pointe-Noire et Dolisie, le réseau routier reste peu praticable. Il est le plus souvent impraticable pendant la période des pluies, sauf pour les véhicules tout terrain. Les ruptures d’approvisionnement en gasoil sont épisodiques.

Veillez à votre sécurité routière. Il est impératif d’attacher sa ceinture de sécurité à bord des véhicules et de porter un casque en moto et en vélo. La prise en charge des accidents corporels est très limitée et quasi inexistante en dehors des villes.

Il convient de rouler en convoi, dans toute la mesure du possible, mais en aucun cas de nuit. Il est rappelé qu’en cas d’agression, il est important de ne pas chercher à résister aux agresseurs, leurs demandes étant motivées par des besoins financiers : le refus d’obtempérer peut les conduire à des réactions violentes.

Réseau ferroviaire

Le trafic passager fonctionne de manière régulière entre Pointe-Noire et Brazzaville

Transport aérien

Air France dessert directement Brazzaville avec quatre vols hebdomadaires et Pointe Noire avec trois vols hebdomadaires. D’autres compagnies assurent également des liaisons vers la France avec escales à Nairobi, Douala, Addis Abeba ou Casablanca (les horaires et la régularité de ces vols sont changeants), ou en vol direct.

En ce qui concerne les vols intérieurs, toutes les compagnies aériennes homologuées au Congo ont été mises sur la liste noire de l’Union européenne. Ces compagnies continuent cependant d’assurer des liaisons quotidiennes avec Pointe-Noire et, de façon plus aléatoire, des liaisons avec les autres villes de province. Les appareils en service sont généralement vétustes et diversement entretenus. Il est déconseillé d’emprunter ces vols intérieurs.

Entrée / Séjour

Visa

Visa obligatoire.

Pour de plus amples informations, prendre l’attache de l’ambassade du Congo à Paris.

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et contractez une assurance.

Vaccinations
  • La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire (à pratiquer dans un centre de vaccinations agréé).
  • Autres vaccinations conseillées : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B et méningite à méningocoque.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Une épidémie de poliomyélite a touché Pointe Noire en novembre 2010. Aussi, est-il recommandé de s’assurer, avant tout déplacement dans le pays, d’être bien à jour de la vaccination Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite (+/- Coqueluche pour les enfants). De même, la stricte observance de mesures d’hygiènes élémentaires (hygiène des mains et qualité de l’eau de boisson) est impérative.

Risque de Chikungunya à Brazzaville

En 2011, une épidémie de chikungunya a été déclarée à Brazzaville, sans association de dengue et depuis, des cas sporadiques évocateurs continuent à être rapportés. Les femmes enceintes sont invitées à vérifier qu’il n’y a pas, au moment de leur départ, d’épidémie de chikungunya au Congo , auquel cas il leur est conseillé de reporter leur voyage.

Veillez à utiliser toutes les méthodes de protection contre les piqures de moustiques (vêtements couvrants, produits répulsifs, etc.). Eliminer les gites potentiels de moustiques autour et dans votre habitation : eau stagnante dans récipients, vases, pneus uses, …

Par ailleurs, il est recommandé, lors du séjour au Congo, ou au retour en France, de consulter un service médical en cas d’apparition de fièvre, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires ou éruption cutanée. Dans ces cas, il est conseillé d’utiliser le paracétamol et préférable d’éviter les médicaments qui peuvent fluidifier le sang comme l’aspirine tant que le diagnostic de paludisme n’a pas été infirmé.

Paludisme

Classification en zone 3.

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle, principalement dormir sous moustiquaire et utiliser des repellents encore appelés répulsifs ou insectifuges (sprays et crèmes à acheter avant le départ).

A ces mesures doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu, surtout pour les séjours brefs inférieurs à 6 mois. Il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel.

VIH-Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida qui impose, comme les autres maladies sexuellement transmissibles, un comportement responsable (préservatifs).

Hygiène alimentaire - Prévention de la diarrhée du voyageur et du choléra
  • Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux et boissons en bouteilles qui devront être ouvertes à votre table si elle vous sont servies dans les bars et restaurants. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.
  • Évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • Évitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.
  • Compte tenu du risque important de contamination, la consommation de toute viande de chasse est à proscrire, ou a défaut à consommer très cuite.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.
Quelques règles simples
  • Évitez les baignades dans les rivières ou lacs (risque d’infection parasitaire).
  • Évitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez.
  • Ne consommez jamais de médicaments achetés dans la rue (risques de contrefaçons, conditions de stockage douteuses). Emportez dans vos bagages, les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.
  • Certains parasites pouvant se déposer sur les vêtements (ver de Cayor), il est préférable d’éviter de s’étendre à même le sol et conseillé de repasser au fer chaud le linge séché à l’extérieur, afin de tuer les œufs qui pourraient s’y déposer.
  • La chaleur et le soleil peuvent être nocifs : veillez à une hydratation abondante lors de la pratique d’un sport, veillez à porter chapeau, lunettes de soleil et prévoyez une crème solaire à fort indice de protection. Pour les séjours longs et en particulier si vous avez une peau claire, veillez à faire contrôler régulièrement (1fois par an par ex.) votre peau par un dermatologue ou par votre médecin généraliste pour faire retirer et analyser toute lésion suspecte.

En cas de nécessité il vous sera possible d’accéder au centre médico-social de l’ambassade.

Infos utiles

Divers

Climat équatorial (saison sèche de juin à septembre). Températures moyennes : jour 29°C, nuit 25°C. Hygrométrie : 80 à 84%.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014