Accès rapide :

Sécurité

Recommandations générales

- Le pays est généralement sûr pour les étrangers. La Chine n’est cependant pas à l’abri d’actes terroristes ou d’attaques violentes comme à Kunming le 1er mars 2014 et à Urumqi le 23 mai 2014.

- La petite délinquance tend par ailleurs à augmenter, mais le risque d’agressions physiques reste faible (en dehors des incidents liés à des accidents de la circulation, qui peuvent facilement dégénérer, surtout si l’étranger adopte lui-même un comportement agressif).

- Les autorités chinoises font preuve de la plus grande rigueur dans la prévention et la répression des troubles à l’ordre public. Des campagnes sont lancées régulièrement contre les établissements se livrant à des activités illégales. Nos ressortissants, qu’ils soient résidents ou de passage, sont invités à faire preuve du plus grand discernement dans le choix des établissements qu’ils fréquentent durant leur séjour.

- Les écarts de conduite (altercations, tapage nocturne, actes de vandalisme, état d’ébriété sur la voie publique, fréquentation de lieux de prostitution, etc.) peuvent valoir à leur auteur une amende, voire une expulsion du territoire chinois, précédée le cas échéant d’un séjour en prison.

- Drogue : La législation sur les stupéfiants est très rigoureuse en Chine. Tout commerce ou consommation de drogue est sévèrement réprimé. La détention de plus de 50 grammes de stupéfiants, quelle que soit la drogue, est passible de la peine de mort. Des contrôles inopinés de dépistage de la consommation de produits stupéfiants par les forces de police ont régulièrement lieu dans les bars ou établissements de nuit. En cas de résultat positif, les contrevenants s’exposent à une mise en détention, éventuellement suivie d’une expulsion du territoire chinois.

- Les vols visant les touristes sont en recrudescence dans toutes les grandes villes, notamment dans les sites touristiques les plus fréquentés, les restaurants ou dans les transports en commun. Il est conseillé de conserver son passeport sur soi (l’original étant exigé en cas de contrôle) et d’en laisser une copie avec ses titres de voyage en lieu sûr.

En cas de perte ou de vol de passeport, il est indispensable d’effectuer d’abord une déclaration auprès du commissariat de police le plus proche puis au Bureau de la Sécurité Publique, dans la ville même de l’incident, qui délivrera une autorisation provisoire de séjour.

Muni du récépissé de cette déclaration, il convient de se rendre dans les meilleurs délais à l’Ambassade de France ou dans l’un des consulats généraux de France en Chine, selon le cas, afin de faire une déclaration auprès de l’autorité consulaire. C’est cette déclaration qui permet de se faire délivrer, selon les cas, un nouveau passeport ou un laissez-passer. Un visa de sortie (délai d’obtention : 5 jours ouvrés à Pékin) devra ensuite être sollicité auprès des autorités chinoises.

- Consommation forcée : des étrangers sont régulièrement victimes dans les grands sites touristiques (place Tian’anmen à Pékin, Place du Peuple à Shanghai, etc.) de jeunes personnes qui leur proposent, sous prétexte de pratiquer une langue étrangère, de les accompagner dans une maison de thé proche, un bar ou un restaurant, où des consommations ou des repas leurs sont servis à des tarifs exorbitants. La police, qu’il ne faut pas hésiter à contacter, peut intervenir sur le champ et exiger le remboursement des sommes indûment perçues.

- Des fraudes à la carte de crédit ne sont pas rares. Il ne faut jamais perdre de vue sa carte bleue lors de son utilisation pour un paiement.

- Voyages à but de rencontre individuelle : la plus grande vigilance est recommandée aux personnes qui se proposent d’accepter ce type de séjour organisés par des particuliers, qui peuvent aboutir à des pressions, y compris physiques, en vue de mariages de complaisance.

- Des restrictions d’accès à certaines zones ou à certains sites peuvent intervenir de manière ponctuelle. Les voyageurs doivent, dans tous les cas, se conformer strictement aux instructions et aux recommandations en vigueur, qu’il convient de vérifier auprès de l’ambassade de Chine ou de l’agence de voyage organisant leur déplacement. L’entrée, même involontaire, dans des zones d’exclusion expose les contrevenants à des amendes, voire à des interpellations.

- La prise de photographies est interdite aux abords des enceintes à caractère officiel, notamment des sites militaires. Elle est également limitée dans les lieux de culte.

- L’usage du GPS s’est largement banalisé en Chine, où de nombreuses voitures en sont équipées. L’enregistrement de coordonnées géographiques dans les zones sensibles ou d’accès réglementé est toutefois à proscrire, sous peine d’amende, voire d’interpellation.

Recommandations spécifiques

- A Pékin, la vigilance est particulièrement de mise dans les lieux touristiques tels que la place Tian’anmen, le Palais d’Eté, le Parc de la Colline de Charbon, ainsi que les magasins de souvenirs et les marchés (magasin de l’Amitié, marché de la Soie, Hongqiao notamment). La zone des bars de Sanlitun est ponctuellement le théâtre d’incidents impliquant des étrangers.

- A Canton, il convient d’être particulièrement vigilant dans les lieux touristiques ainsi qu’aux abords de la gare centrale. Les vols de passeport sont plus fréquents pendant la période de la foire de Canton (deuxièmes quinzaines d’avril et d’octobre).

- A Shanghaï, il faut faire preuve de prudence dans les lieux touristiques tels que le Bund, Nanjing Road, Pearl Tower, People’s Square, aux abords des musées, dans les marchés, à Huaihai Lu, au Jardin Yu, dans les grands centres commerciaux…, et particulièrement en période de fêtes : fête de la Lune (septembre), fête nationale (1er octobre), fête du printemps (janvier - février), fête du travail (1er mai).

- A Hong Kong, plusieurs dizaines d’Occidentaux ont, ces dernières années, été victimes d’agressions dans le quartier de Wanchai. Une drogue est ajoutée à leur boisson dans des bars à hôtesses, annihilant leur volonté. Les victimes sont alors dépouillées de leurs biens, et contraintes d’effectuer des retraits importants d’argent liquide. Les Français qui pourraient fréquenter ces établissements sont par conséquent invités à faire preuve de la plus grande prudence.

La législation en vigueur à Hong Kong interdit les appareils neutralisants. Des incidents ont été signalés à l’aéroport international de Hong Kong, où des voyageurs ont été trouvés en possession d’appareils neutralisants dans leurs bagages (de soute ou à main), lors de contrôles de sécurité soit au départ soit lors d’un transit.

Ces voyageurs, dont des Français, ont été invariablement arrêtés et inculpés. Les appareils neutralisants sont qualifiés d’ “armes” en vertu de l’Ordonnance sur les armes à feu et munitions, chapitre 238 de la législation de Hong Kong. La détention de ce type d’appareil est un délit grave. Les contrevenants sont passibles d’une amende de $100.000-HKD et d’une peine maximale de 14 ans de prison. Plus d’informations sur les articles interdits à Hong Kong sur le site internet de l’Administration des douanes d’Hong Kong.

La quasi-totalité du territoire chinois est ouverte aux voyageurs. Toutefois, il est prudent de s’informer des situations locales avant d’envisager des déplacements individuels en dehors des sites touristiques traditionnels.
Plusieurs régions connaissent des restrictions, ou des conditions particulières, d’accès :

- Région autonome du Xinjiang : la région autonome du Xinjiang a été récemment le théâtre d’attentats ayant fait plusieurs dizaines de morts à Urumqi et des troubles parfois violents ont éclaté dans différentes localités de la région autonome (notamment dans les préfectures de Kashgar, de Hotan, de Turpan et d’Aksu). Les voyages dans la ville d’Urumqi sont de ce fait déconseillés sauf raison impérative. Les personnes qui seraient amenées à se déplacer dans cette région sont invitées à faire preuve de discrétion et de la plus grande vigilance, notamment dans les lieux à forte fréquentation du public, et à se tenir à l’écart d’éventuels rassemblements ou manifestations. Par ailleurs, l’accès aux zones frontières peut être subordonné à l’obtention d’un laissez-passer. Se renseigner localement auprès des agences de voyage.

- Province du Qinghai : plusieurs districts ou communes sont interdits d’accès aux étrangers, à savoir dans la ville de Xining, les comtés (xian) de Huangyuan, de Datong (Laoyeshan est la seule zone autorisée) et de Huangzhong (Ta’ersi - le monastère de Kumbum - est la seule zone autorisée) ; dans la préfecture de Haidong, le comté de Huzhu ; dans la préfecture de Hainan, le comté de Guinan ; dans la préfecture de Haibei, les comtés de Qilian, de Haiyan et de Menyuan ; dans la préfecture de Haixi, la ville de Delingha, les comtés administratifs de Lenghu, Mangya et Dachaidan ainsi que le comté de Tianjun ; dans la préfecture de Guoluo, les comtés de Dari, Banma et Gande.

Ces zones pouvant être modifiées, les voyageurs sont invités à s’assurer préalablement, auprès de leur agence de voyage ou de l’ambassade de Chine en France, de l’accessibilité des sites qu’ils souhaitent visiter.

- Région autonome de Mongolie intérieure : deux arrondissements sont interdits d’accès au public, Eqinaqi et Siziwangqi. Il est conseillé aux voyageurs souhaitant visiter des zones éloignées des centres urbains de bien s’assurer du sérieux de leur agence locale de tourisme.

- Province du Sichuan : toute la partie ouest de cette province étant habitée par des populations appartenant à la minorité tibétaine, les autorités du Sichuan, sans pour autant appliquer la réglementation valable pour la Région autonome du Tibet, peuvent restreindre momentanément l’accès à certaines préfectures ou certains districts (comme ceux de Ganzi, Aba ou Litang, situés au nord et à l’ouest de la province). Ces restrictions interviennent notamment à l’époque du nouvel an tibétain (entre février et mars) ou à l’occasion de certaines dates anniversaires.

Les voyageurs individuels sont, dans tous les cas, invités à faire preuve de prudence et de discrétion.

- Région autonome du Tibet : l’accès au Tibet est soumis, en sus du visa pour la Chine, à l’obtention préalable d’une autorisation spéciale. La présence d’un guide est obligatoire, qu’il s’agisse d’un voyage individuel ou de groupe. Les demandes sont traitées dans un délai de 10 jours ouvrés.

Le permis d’accès au Tibet peut être obtenu, sur présentation des copies numérisées du passeport et du visa chinois, des détails de l’itinéraire envisagé ainsi que d’un justificatif professionnel pour les personnes employées en Chine :

* depuis l’étranger ou en Chine, par l’intermédiaire d’une agence de tourisme détentrice d’une licence gouvernementale.

* directement en Chine à l’adresse électronique suivante : chengjun5918@163.com (Tibet Hotel - Bureau 301 - 118 Beisihuan Lu/118 East street North Si-huan Road - Tél : 010 6498 0373).

Un devis doit être établi avant la signature du contrat de voyage final. Les frais de guide ne pouvant faire l’objet d’un règlement individuel s’ajoutent au coût du permis (de l’ordre de 600 yuans soit moins de 70 euros) et peuvent varier selon la durée du voyage et l’itinéraire. Toute autre procédure est à proscrire.

Nota :

- La délivrance de permis d’accès au Tibet aux ressortissants étrangers pouvant faire l’objet de mesures de suspension provisoires, il convient de vérifier ce point avant tout voyage.
Depuis janvier 2013, l’accès à la région autonome est autorisé aux titulaires de passeports étrangers à condition de faire partie d’un groupe de trois personnes minimum et de même nationalité.

- Les diplomates et journalistes sont soumis à une procédure spécifique et peuvent faire l’objet de restrictions temporaires particulières. Il leur est particulièrement recommandé de se renseigner à l’avance.

- Grande muraille : Les visites hors des sites de la Grande muraille officiellement ouverts au tourisme sont interdites dans certaines provinces, en particulier dans la municipalité de Pékin. Des incidents ont été rapportés à l’occasion de telles visites. Il est donc recommandé de s’en tenir aux sites officiellement ouverts au tourisme.

Risques naturels

- Séismes : la Chine, y compris Hong Kong et Macao, est soumise à un important risque de tremblements de terre. Les principales zones sismiques sont le Heilongjiang, Lijiang dans le Yunnan, les bassins du Yangtsé, la province du Hebei et la région de Pékin. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, se reporter à la fiche réflexe de ce site dans la rubrique " Infos pratiques ".
Lors de séismes, le réseau téléphonique peut être très perturbé. Ne l’encombrez pas mais pensez à contacter un de vos proches et demandez-leur de faire passer le message aux autres.

- Typhon : chaque année, le littoral méridional de la Chine est affecté, entre les mois de mai et octobre, par une dizaine de typhons en moyenne, caractérisés par des vents violents et de fortes précipitations. Ce phénomène touche peu la ville de Shanghai et concerne surtout les côtes de la province du Zhejiang ainsi que Hong Kong et Macao. Des informations sur la conduite à tenir en cas de typhon sont également disponibles dans la rubrique "Infos pratiques" ainsi que sur le site du consulat général de France à Hong Kong.

- Des informations sur les conditions météorologiques nationales et locales ainsi que des conseils utiles peuvent être trouvés dans la presse et sur les chaînes de radio et de télévision chinoises (en chinois et en anglais), ainsi que sur les sites Internet suivants : www.cma.gov.cn, site de la "China Meteorological Administration" (en chinois et en anglais) ; www.tv5.org, rubrique "Météo Internationale" (en français) ; http://severe.worldweather.org, site de la "World Meteorological Organization" comportant une rubrique sur les typhons (en anglais).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014