Accès rapide :

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et de rapatriement sanitaire (y compris pour Hong Kong et Macao).

La situation sanitaire du pays, plus particulièrement dans les campagnes, reste encore déficiente, avec d’importantes variations selon les régions (risque d’infection important dans les zones tropicales ou subtropicales, presque nul sur le plateau tibétain ou celui, encore plus aride, du Xinjiang).

Cette situation ne présente pas, toutefois, un risque important pour le voyageur de passage, à condition que soient respectées quelques précautions de base, telles que laver soigneusement les fruits et les légumes (cf. risque amibien).

En cas de traitement médical régulier, il est conseillé d’avoir avec soi les médicaments nécessaires pour le séjour, les produits de substitution locaux n’étant pas toujours fiables. De même disposer de quelques médicaments de première nécessité peut être utile au voyageur.

Pollution atmosphérique

La ville de Pékin ainsi qu’un certain nombre de villes du nord et du centre de la Chine connaissent régulièrement des pics de pollution d’une intensité pouvant dépasser un index de qualité de l’air de 300, due à la présence massive de microparticules dans l’air.

Les particules et les polluants présents dans l’air peuvent être la cause d’inflammation des voies respiratoires, de diminution des capacités respiratoires entraînant des irritations, des difficultés, voire des douleurs respiratoires. L’air pollué peut également entraîner des irritations des yeux et interagir avec le système immunitaire.

Certaines catégories de personnes sont particulièrement sensibles à la pollution de l’air : il s’agit des personnes âgées, des enfants ainsi que de toute personne souffrant de maladies chroniques telles que asthme, bronchite chronique, emphysème ou insuffisance cardiaque.

Le seul moyen de résoudre les risques de problèmes de santé est de minimiser l’exposition à la pollution, notamment pour les catégories à risque.

Il est donc conseillé de :

  • pour les personnes présentant les facteurs de risque mentionnés plus haut, se renseigner avant leur départ sur la qualité de l’air et de différer au besoin leur voyage ;
  • pendant le séjour, en cas de pic de pollution réduire les sorties à l’extérieur (éventuellement, utiliser un masque filtrant de type N95 ou FFP2 à l’extérieur ; bien que ces masques puissent en principe être achetés sur place, il est préférable de s’en munir avant le départ) ;
  • réduire l’exercice physique ;
  • garder les fenêtres et les portes fermées ;
  • consulter immédiatement un médecin en cas de symptômes.

Des informations complémentaires sont accessibles sur le site de l’ambassade de France en Chine ou sur le site du Ministère français de la Santé dans lequel l’avis relatif aux conduites à tenir lors d’épisodes de pollution atmosphérique pourra être consulté.

Vaccinations

Aucun vaccin n’est obligatoire, toutefois, la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-polimyélite est vivement recommandée.

Autres vaccinations conseillées (selon les conditions d’hygiène et la durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.

Autres vaccinations : en cas de séjour en zone rurale, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire.

La Chine connaît une recrudescence du nombre de cas de rage. La plus grande prudence vis-à-vis des animaux errants est recommandée sur l’ensemble du territoire, villes incluses. La prévention repose, d’abord et avant tout sur l’absence de contact avec des animaux suspects, ensuite sur la vaccination préventive en cas de risque supposé d’exposition (professions à risques, enfants en bas âge, séjour en milieu rural ou éloigné des villes principales).

En cas de morsure, il est impératif de consulter immédiatement un médecin.

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire dans le cas d’un séjour préalable dans une zone d’endémie.

Dans tous les cas demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Se protéger efficacement contre les moustiques, vecteurs du paludisme, parfois de virus comme la dengue ou l’encéphalite japonaise en utilisant des produits répulsifs adaptés aux pays tropicaux (applications répétées sur les vêtements et les parties du corps découvertes).

Paludisme

Le paludisme reste très répandu dans le sud et le centre du pays (en particulier dans les provinces du Yunnan et de Hainan, classées en zone 3, et des provinces de l’Anhui, Henan, Hubei, Guizhou et de Jiangsu, classées en zone 1). Dans ces régions, il est impératif de se protéger contre les piqûres de moustiques (sprays anti-moustiques) et de prendre une chimio-prophylaxie en fonction de la durée du séjour (prendre l’avis de son médecin traitant).

Dengue

Une certaine vigilance est recommandée par rapport à la dengue, maladie dont le vecteur est le moustique. Des mesures préventives peuvent être prises : utilisation de produits répulsifs cutanés et de moustiquaires. Il n’existe aucun vaccin. Les symptômes de cette maladie s’apparentent au syndrome grippal (fièvre, courbatures, maux de tête). Cette maladie pouvant parfois prendre une forme hémorragique, l’utilisation d’aspirine est déconseillée.

Encéphalite japonaise

Cette maladie, qui n’existe qu’en Asie, se transmet par des moustiques, en zone rurale. La vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être nécessaire en cas de voyage prolongé en zone rurale.

Hygiène alimentaire, hygiène de l’eau

De manière générale, il est préférable de consommer de l’eau en bouteilles capsulées.

Grippe

La grippe peut sévir sous différentes formes en Chine, qui peuvent dans certaines conditions être épidémiques.

Depuis mars 2013, les autorités sanitaires chinoises font état de l’émergence de plus de deux cents cas humains de grippe aviaire de type A (H7N9), dont plusieurs dizaines de décès. Une première vague de cas a eu lieu de février à mai 2013 (133 cas recensés), deux cas ont ensuite été notifiés en juillet et août. Depuis octobre 2013, une seconde vague de cas humains est apparue. Il s’agit des premiers cas de transmission à l’homme de cette souche de virus.

Des cas d’infection par H7N9 ont été déclarés dans les provinces et municipalités de Chine suivantes : Guangdong, Jiangsu, Zhejiang, Anhui, Henan, Fujian, Shandong, Hebei, Hunan, Jiangxi et les deux villes de Shanghai et Pékin ainsi que Hong Kong. Depuis le début de l’année 2014, la grande majorité des cas restent concentrée sur le Zhejiang et le Guangdong. Les autorités chinoises ont renforcé les mesures de surveillance des populations d’oiseaux et des cas humains de grippe, et communiquent régulièrement les résultats en liaison avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Des mesures de fermeture temporaire de marchés sont prises par les provinces et les villes touchées par le virus. Ces mesures sont levées une fois le risque écarté. D’autre part, le ministère de l’Agriculture a mis en place un plan de surveillance du virus H7N9 chez les oiseaux, sauvages et d’élevages. Lorsqu’un cas suspect est signalé, différentes mesures appropriées sont mises en œuvre, telles que l’abattage préventifs des oiseaux.

Bonnes pratiques

La grippe aviaire est une maladie virale animale (volailles, porcs) exceptionnellement transmissible de l’animal à l’homme. Ses symptômes sont ceux d’une grippe tels que fièvre, toux, douleurs musculaires, fatigue… Des mesures d’hygiène classiques sont recommandées pour limiter les risques de transmission :

  • se tenir à distance des élevages de volailles et de porcs, des marchés d’animaux vivants, des fermes ou des zoos, des combats de coqs ;
  • ne pas manipuler les cadavres d’oiseaux et d’éviter le contact avec leurs déjections ;
  • ne pas ramener de volaille vivante (y compris des poussins ou des oiseaux d’ornements) à son domicile ;
  • se laver les mains régulièrement avec de l’eau savonneuse ou avec des solutions de lavage hydro-alcooliques ;
  • éviter de marcher pieds nus ou en sandales dans les marchés ou à proximité d’élevage de volailles (penser à laver soigneusement les pieds des enfants).
  • éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;

En cas de forte fièvre et de difficultés respiratoires, il convient de consulter un médecin sans délai.

Pour toute information complémentaire, veuillez consulter le bulletin hebdomadaire de l’institut de veille sanitaire ou le site internet du ministère français de la santé ou encore le site internet du « Centre for Health Protection » de Hong Kong.

Infection par le virus VIH-Sida

L’épidémie du VIH-Sida en Chine a progressé rapidement sur l’ensemble du territoire. Les mesures préventives doivent être scrupuleusement respectées par les voyageurs.

L’entrée des étrangers en Chine n’est pas conditionnée par la présentation d’un certificat de non-séropositivité dans le cadre d’un séjour touristique, d’une visite familiale, d’un voyage d’affaires ou d’un séjour d’études ou de stage inférieur à 6 mois (visas L et F). En revanche, des tests de dépistage sont effectués au cours des bilans de santé imposés aux demandeurs de visas d’études (X) et professionnel (Z) pour des séjours supérieurs à 6 mois, lors de l’établissement ou du renouvellement de leur titre de séjour.

Maladie "main-pied-bouche"

Cette maladie bénigne en France prend la forme d’épidémies mortelles en Chine. Touchant principalement les enfants, et en particulier les moins de 5 ans, la maladie se manifeste par de la fièvre, de petites ulcérations dans la bouche et une éruption cutanée des mains et des pieds.

Cette maladie est principalement contagieuse via les secrétions (salive, mouchage, urine, selles). Quoique d’évolution généralement bénigne, des complications (notamment neurologiques) peuvent survenir.

Elle survient principalement au printemps et à l’été.
Il convient donc :

- d’éviter le contact des enfants sains avec les enfants malades jusqu’à leur guérison ;

- de surveiller la montée de fièvre en cas de contact avec un enfant malade ;

- de se laver les mains consciencieusement après avoir changé un nourrisson ;

- de se laver les mains et de laver celles des enfants après chaque passage aux toilettes, après chaque mouchage et avant chaque repas.

Il est recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre ou d’éruption cutanée.

Assurance - Assistance

RAPPEL : les voyageurs doivent veiller, quel que soit le motif de leur déplacement (tourisme, études, travail, etc) à disposer d’une couverture maladie et d’une assurance rapatriement.

Il est vivement conseillé, y compris pour Hong Kong et Macao, de consulter le médecin traitant avant le départ et contracter une assurance de rapatriement sanitaire.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014