Accès rapide :

Sécurité

L’ambassade de France au Cap-Vert dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Les Français qui se rendent dans le pays sont responsables de leur propre sécurité. Ils sont invités à s’assurer qu’ils disposent de moyens nécessaires en cas de crise (vérifier les termes des contrats d’assurance, s’assurer de disposer des moyens financiers nécessaires pour couvrir d’éventuels frais d’hospitalisation ou d’évacuation, etc.).

L’ambassade ne délivre pas de titres d’identité et de voyage. En cas de perte ou de vol de passeport, il convient de vous adresser à l’Ambassade de France au Cap-Vert, qui pourra vous délivrer un laissez-passer. Le Consulat général de France à Dakar est compétent pour toutes les autres démarches administratives concernant les Français résidents ou de passage au Cap-Vert. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site de l’Ambassade de France à Praia : http://www.ambafrance-cv.org/Fermeture-de-la-section-consulaire-de-l-Ambassade-de-France-a-Praia-a-compter

L’Ambassade de France à Praia peut être jointe au +238 991 21 29, du lundi au jeudi de 8h à 17h15 et le vendredi de 8h à 13h00.

En cas d’urgence en dehors de ces horaires, le consulat général de France à Dakar pourra être joint au +221 77 639 93 59.

Criminalité

Le Cap-Vert rencontre des difficultés pour assurer des conditions de sécurité satisfaisantes dans les zones urbaines, compte tenu de la dégradation de la situation socio-économique et de la montée concomitante de la délinquance liée à la diffusion du crack. Les lieux à fréquentation touristique sont propices aux vols à l’arraché, parfois accompagnés d’agressions. La délinquance de droit commun (vols, braquages, cambriolages), souvent accompagnée de menaces armées (poignard, hache, arme à feu) ou d’actes de violence, est de plus en plus fréquente, y compris en pleine journée. Il convient de ne montrer aucun objet de valeur, tels que les bijoux : les attaques de personnes portant de l’or (chaine, alliance) deviennent régulières avec la hausse de son prix de vente. Les voleurs cherchent tout ce qui se revend facilement : bijoux, téléphones portables, appareils photographiques, etc. Les agresseurs ciblent particulièrement les personnes se déplaçant à pied, de jour comme de nuit. Une recrudescence des agressions à caractère sexuel est constatée.

Il est recommandé de :

  • ne pas se promener seul, à pied, de jour comme de nuit ;
  • ne pas porter sur soi de grosses sommes d’argent, des bijoux, des objets de valeur (se rappeler que les téléphones portables, les appareils photo et vidéo sont des cibles privilégiées pour les voleurs) ;
  • d’être accompagné lors des excursions dans les montagnes ou les dunes (même le jour), de préférence d’un guide capverdien connaissant bien le pays ;
  • de remplacer la ceinture "banane" très facile à arracher par une bourse moins voyante ;
  • de conserver dans un endroit sûr les documents d’identité et les billets d’avion ;
  • de rester si possible en groupe, plus particulièrement la nuit tombée ;
  • en cas de tentative de vol à l’arrachée, ne pas opposer de résistance ;
  • signaler immédiatement tout vol et/ou toute agression au commissariat de police le plus proche.
Sur les plages et en mer

Sur les plages, l’attention des voyageurs est appelée sur le danger potentiel que représentent les courants et les vagues souvent fortes. De manière générale, la baignade n’est pas surveillée. Pour les amateurs de plongée, il convient de noter qu’il n’y a pas de caisson de décompression dans l’archipel. Il convient également d’éviter les sorties en mer sur des embarcations non adaptées et lorsque les conditions météorologiques sont défavorables (il n’y a pas de secours en mer).

Plusieurs cambriolages avec violence à bord de voiliers nous ont été rapportés (île Santiago : Praia et Tarrafal ; île Sao Vicente : Mindelo ; île de Fogo : São Filipe, île de São Nicolau : Tarrafal). Il convient de faire preuve de prudence et particulièrement la nuit, de fermer tous les accès à l’embarcation. Il est fortement recommandé aux plaisanciers d’être systématiquement couverts par des compagnies d’assurance pouvant organiser des rapatriements sanitaires aériens.

Fogo : Volcan Pico Grande

A Fogo, qui a connu une éruption volcanique en novembre 2014, l’ascension au sommet du volcan (2829m) attire les voyageurs. Elle ne convient toutefois pas aux enfants. Il faut être en très bonne condition physique. Il n’existe aucun hélicoptère au Cap-Vert : en cas de chute et de fracture (des accidents graves ont été rapportés), l’attente pour une évacuation sur Sao Filipe, Praia et éventuellement Dakar en vue de recevoir des soins hospitaliers adaptés ne peut qu’être très longue. Il convient donc d’être prudent et attentif et de ne pas surestimer ses forces.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015