Accès rapide :

Transports

Conduite automobile

De manière générale, que ce soit en zone urbaine, au bord du lac Tanganyika ou en zone de montagne, il convient de conduire avec la plus grande prudence en raison du mauvais entretien du réseau routier à certains endroits, de l’inexistence de signalisation, du faible nombre d’éclairage public et du non respect fréquent du code de la route par les automobilistes. Une très nombreuse population vit en outre au bord et sur la route, en ville comme à la campagne. Les accidents de la circulation représentent une des causes majeures de mortalité au Burundi.

Infrastructures routières

Les routes asphaltées sont généralement d’assez bonne qualité mais relativement étroites. La route Nationale 1, notamment dans sa portion Bujumbura-Bugarama, est particulièrement dangereuse (virages étroits, convois officiels rapides, transport d’essence, nombreux camions, revêtement déformé et interrompu en de nombreux endroits, beaucoup de cyclistes très chargés). Les très fortes précipitations de la nuit du 9 au 10 février 2014 à Bujumbura et dans le nord du pays ont en outre entraîné de nombreux dégâts sur cet axe, qui reste jusqu’à ce jour interdit aux poids lourds.

D’une manière générale, les routes du Burundi, pour la plupart situées en montagne, sont dangereuses pour le conducteur peu habitué aux conditions de conduite en Afrique : nombreux obstacles humains, animaux et matériels ; brusques ruptures de la continuité du revêtement ; pluies fréquentes et soudaines, rendant la chaussée glissante ; mauvaise conduite fréquente des autres véhicules, nombreux cas de conduite en état d’ivresse. Insuffisance ou inexistence des moyens de secours d’urgence. La vitesse doit être adaptée en conséquence.

En cas d’accident de la route, aucun secours ne peut être assuré en dehors de la capitale.

Les conducteurs doivent en outre suivre strictement les règles de sécurité routière applicables en France : limitations de vitesse, port de la ceinture de sécurité, siège enfant, ne pas téléphoner en conduisant.

Les transports collectifs (minibus, voiture et motos) sont formellement déconseillés (véhicules bondés, surchargés et mal entretenus, conducteurs n’ayant que des notions approximatives du code de la route, etc.). L’attention des voyageurs est attirée sur le danger réel qu’il y a à emprunter ces moyens de transport, et en particulier les moto-taxis, qui causent de nombreux accidents, souvent mortels, à Bujumbura. La location d’un 4x4 avec chauffeur est recommandée pour les déplacements à l’intérieur du pays.

Téléphone à appeler en cas d’accident de la circulation (police de la sécurité et de roulage) : +257 22 22 51 24. Prévenir également l’ambassade.

Transports sur le lac Tanganyika

Les excursions sur le lac doivent être organisées par l’intermédiaire d’entreprises professionnelles exclusivement.

Transport aérien

La compagnie Kenya Airways assure des liaisons journalières vers Paris via Kigali, Nairobi et Amsterdam.

SN Brussels assure deux rotations par semaine vers Bruxelles (correspondance pour Paris) : mercredi et dimanche soir.

Ethiopian Airlines assure quatre liaisons par semaine pour Paris via Addis-Abeba et Kigali ou Nairobi.
On ne trouve pas d’avions à louer au Burundi.

Il n’existe pas de transport ferroviaire au Burundi.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014