Accès rapide :

Infos utiles

Religions et coutumes

80 % de la population est chrétienne.

Le dépassement des cortèges funéraires souvent constitués de nombreuses voitures peut être interprété comme un manque de respect pour le défunt et entraîner une forte réprobation des proches.

Il est interdit de photographier les bâtiments officiels.

Législation locale

L’importation d’armes à feu et de munitions est soumise à une autorisation préalable.

La législation est très stricte en ce qui concerne les stupéfiants :

  • consommation : 8 ans de prison.
  • trafic : 20 à 25 ans de prison.

Les relations homosexuelles sont illégales.

La peine de mort est toujours en vigueur dans le pays. Elle est appliquée.

Divers

Le Setswana est la langue nationale et l’anglais la langue officielle.

La monnaie locale est le pula. L’importation de devises étrangères doit être déclarée. Tous les moyens de paiement sont acceptés (cartes de crédit, chèques de voyages, espèces). Il est possible de changer des devises dans les banques ou de s’approvisionner avec une carte de crédit, en ville, auprès de distributeurs automatiques (gardés par un vigile). Les paiements par carte de crédit sont acceptés par nombre de commerçants. Cependant, les cartes Mastercard ou American Express sont très peu acceptées. Seules les cartes Visa sont acceptées partout dans le pays. En cas de paiement par carte bancaire, un titre d’identité est généralement demandé.

Le Botswana dispose d’un réseau de télécommunications relativement performant en ville (téléphones fixes et portables), mais la plupart des camps (safari lodges) de la moitié nord (Okavango et Chobe) se trouvent hors de la zone de couverture des portables. Les responsables de camp communiquent avec l’extérieur par radio.

Coupures d’eau

A la sécheresse quasi-chronique que connait le pays, s’ajoutent des problèmes de production, de stockage et de distribution d’eau qui entraînent régulièrement des coupures d’eau de fréquence et de durée variables et imprévisibles, notamment à Gaborone et dans sa région.

Les établissements touristiques de luxe du nord du pays, hôtels, lodges et campements, sont bien équipés pour faire face à ces difficultés et ne posent pas de problème particulier. Les touristes qui ne voyagent pas dans le cadre d’un séjour organisé peuvent, en revanche, avoir de mauvaises surprises, d’autant que les magasins connaissent fréquemment des ruptures de stocks d’eau potable en bouteille ou en bidon. Il est donc recommandé d’anticiper ce type de situation avant de prendre la route.

Infrastructure routière

Le pays peut être traversé en voiture sous réserve de précautions élémentaires. La conduite est à gauche de la chaussée. La vitesse maximale sur les routes goudronnées est de 120 km/h. Le port de la ceinture est obligatoire à l’avant comme à l’arrière du véhicule. La conduite de nuit hors agglomération est fortement déconseillée (divagation d’animaux domestiques et sauvages, cause fréquente d’accidents, comportements à risque de certains automobilistes, notamment en fin de semaine, ou de conducteurs de « combis »). Les piétons n’hésitent pas non plus à traverser ou à marcher sur les routes, y compris en-dehors des agglomérations, ce qui constitue également une cause d’accidents graves, susceptibles de suites judiciaires. L’assurance automobile est fortement recommandée.

Le réseau routier comprend quelques grands axes, assez bien entretenus, de route goudronnée. Les stations service peuvent être très éloignées les unes des autres. L’essentiel du réseau reste constitué de pistes (« dust roads »), notamment dans les zones touristiques. Il est recommandé d’y circuler en convoi d’au moins deux véhicules 4X4. Attention : la couverture des réseaux de téléphonie mobile est très limitée en dehors des centres urbains. Il est prudent de se munir d’un jerrican d’essence, d’eau et de denrées non sensibles à la chaleur.

Des bus assurent des liaisons quotidiennes entre les principales villes du pays. Les risques de vols ne sont pas exclus et les accidents sont fréquents. Ni les villes secondaires, ni même la capitale ne disposent de réseaux structurés de transport en commun.

Transport aérien

C’est le mode de déplacement le plus fréquent et le plus commode entre les principales agglomérations du pays, comme entre le Botswana et ses voisins. Les horaires, aussi bien pour les vols domestiques qu’internationaux sont sujets à des retards fréquents, voire des annulations. Il est donc recommandé de prévoir un temps suffisant entre deux correspondances pour absorber d’éventuels changements de dernière minute dans les horaires.

La compagnie nationale Air Botswana satisfait aux normes de sécurité internationales.

Il n’existe pas de liaison directe entre le Botswana et l’Europe. Une escale au moins est nécessaire, soit à Johannesburg, soit à Nairobi.

Rappel, en cas de correspondance à Johannesburg :

  • Selon la nouvelle réglementation sud-africaine en matière d’entrée et de sortie des mineurs sur le territoire, même en transit, le ou les parent(s) voyageant en famille sont tenus de présenter un justificatif attestant du lien de filiation avec leurs enfants mineurs, à l’entrée comme à la sortie du territoire sud-africain (livret de famille).
  • Il est conseillé de garder en bagage à main ou sur soi tout objet de valeur (bijoux et appareils électroniques notamment).

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites internet suivants :
Consulat Général de France à Johannesburg
Ambassade de France à Pretoria


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016