Accès rapide :

Bolivie

Bolivie

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 1er août 2014 - Information toujours valide le: 2 octobre 2014

Sécurité

Sécurité des personnes

Voyager en Bolivie exige d’observer une vigilance renforcée et d’adopter des mesures de précaution élémentaires :

  • Ne pas se déplacer en arborant des bijoux ou autres objets de valeur, ne pas manipuler de fortes sommes d’argent en public, ne pas conserver son argent ni ses papiers dans une poche extérieure, etc.
  • D’une manière générale, la Bolivie est souvent affectée par des mouvements sociaux, susceptibles de bloquer des touristes pendant plusieurs semaines. Ne jamais tenter de forcer les barrages. Il est recommandé aux personnes suivant un traitement médical de prévoir une provision suffisante de médicaments.
  • Une attitude prudente est conseillée sur les routes. Il est préférable d’éviter de circuler la nuit.
  • Sur place, le choix d’une agence de voyage et/ou d’un guide devra faire l’objet d’une prise de renseignements préalable, notamment à Rurrenabaque, dans le département du Beni : le site internet de l’ambassade pourra être consulté à ce sujet.
  • Si un policier veut procéder à un contrôle d’identité, les voyageurs ne doivent lui présenter que leur passeport. Il convient de refuser systématiquement de monter dans un véhicule avec des policiers et il faut demander à contacter immédiatement l’ambassade. En cas de menace contre votre sécurité, appelez des policiers qui seraient à proximité ou la réception de votre hôtel ou l’ambassade de France (cf. "Contacts utiles").
Déplacements dans le pays

Signaler ses projets de déplacements et ses itinéraires, notamment en cas de voyage dans des zones isolées (Salar de Uyuni, Sud Lipez, Sajama, Amazonie) ou dans des régions difficiles d’accès, surtout en saison des pluies (de décembre à avril pour les Yungas, l’Alto Beni, le Beni, etc.). Le dépôt à l’ambassade de photocopies de passeports et de titres de transport est d’une aide précieuse en cas de perte ou de vol.

Ne pas omettre de demander l’accord des autochtones avant de les photographier.

Abord du Lac Titicaca

Les voyageurs seront attentifs à l’état des embarcations.

Salar d’Uyuni

Il convient, dans cette région désertique, de se protéger contre la réverbération le jour, et contre le froid la nuit.

Andinisme

Il est impératif de faire appel à des guides locaux confirmés, quelle que soit votre expérience préalable de la montagne (y compris pour les professionnels). Aucun service de secours en montagne n’existe en Bolivie. Il est également recommandé aux andinistes de vérifier la qualité de prise en charge de leur assurance et qu’il soit notamment bien stipulé dans leur contrat que les prestations d’assistance sont couvertes au-delà de 5000 mètres. Une acclimatation d’au moins dix jours est fortement recommandée avant toute ascension. De grandes variations thermiques peuvent être enregistrées, notamment à La Paz (entre 15 et 22° le jour ; 0° ou moins la nuit). En dehors des périodes pluvieuses (de décembre à mai), l’atmosphère est très sèche (40 à 60 % d’humidité). Dans toute la région altiplanique (3000 mètres d’altitude et plus), ne pas oublier de se protéger efficacement contre le soleil (crème solaire protection totale (UVA et UVB), couvre-chef, manches longues, lunettes de soleil filtration montagne, etc.).

Amazonie

  • Ne circulez jamais seul.
  • Ne vous éloignez jamais du sentier ou de la piste. Vous pourriez vous perdre très rapidement.
  • Ne vous baignez jamais en dehors des endroits reconnus comme sûrs par la population locale (présence de courants, sauriens, serpents, poissons carnivores…)

Transports

Infrastructure routière

Le réseau routier est peu développé. Les routes asphaltées sont les suivantes :

  • La Paz/Guaqui, La Paz/Desaguadero, La Paz/Copacabana, La Paz/Viacha, La Paz/Oruro, La Paz/Cochabamba, La Paz/Arica (Chili) ;
  • Cochacamba/Santa Cruz (en très mauvais état) ;
  • Sucre/Potosi ;
  • Santa Cruz/Montero/San Javier, Santa Cruz/Samaipata ;
  • Yacuiba /Villa Montes/Camiri ;
  • Trinidad/Casarabe ;
  • Oruro/Caihuasi.

L’accès aux autres villes se fait par des pistes. Un véhicule 4X4 est préférable.

Une prudence particulière est recommandée sur la route de La Paz aux Yungas, considérée comme étant l’une des routes les plus dangereuses du monde.

Il est recommandé de :

  • ne pas de circuler la nuit ;
  • ne pas dépasser les vitesses réglementaires ;
  • prévoir une réserve d’essence suffisante lors de longs déplacements (pas de pompes à essence sur les pistes) ;
  • alerter immédiatement la police en cas d’accident ;
  • souscrire une assurance tous risques.

En cas de déplacement en transport collectif, il est recommandé aux voyageurs d’opter pour les petits véhicules (voitures ou minibus) plutôt que les grands, sur les routes les plus dangereuses.

Transport ferroviaire

Pas de garanties de ponctualité.

Transport aérien

Les principales villes de province sont desservies par quelques lignes locales, dont la plupart des appareils sont anciens. Il n’est pas certain que les procédures d’entretien des avions des lignes intérieures soient scrupuleusement respectées.

Liste noire européenne des compagnies aériennes.

Entrée / Séjour

Visa

Le visa n’est pas exigé des Français séjournant 90 jours maximum en Bolivie par période de 12 mois calendaires. Un cachet d’entrée valant autorisation de séjour de 30 jours est apposé sur le passeport à l’arrivée dans le pays. Cette autorisation peut être prolongée gratuitement à 90 jours par les services de l’immigration (à La Paz : avenida Camacho, 1433 - cf. "Contacts utiles"). Les voyageurs doivent exiger l’apposition de ce cachet dès leur entrée sur le territoire bolivien, même par voie terrestre. En effet, dans le cas contraire, il ne leur serait plus possible de quitter le pays sans avoir fait régulariser leur situation et s’être acquittés d’une amende de 20 bolivianos par jour de dépassement.

Une taxe aéroportuaire de 25 USD est prélevée au départ.

Les détenteurs de passeport de service et diplomatiques doivent solliciter un visa à l’Ambassade de Bolivie à Paris.

Argent

Il est recommandé de déclarer correctement à l’entrée et à la sortie du pays le montant d’argent liquide effectivement détenu sur soi. En cas de vérification douanière, la différence entre la somme déclarée et la somme réelle est taxée à 30%.

NB : A l’occasion de la fête d’Alasita (fin janvier), des imitations de billets (bolivianos, euros et dollars) sont mis en vente. Les autorités américaines considèrent que leur détenteur est passible de lourdes sanctions pénales pour contrefaçon de monnaie.

Franchissement des frontières

Il est formellement déconseillé de traverser, de nuit, les frontières en cas d’absence avérée d’agents de police. En effet, à défaut de tampon d’entrée sur le territoire bolivien apposé sur le passeport, les autorités boliviennes sont en droit d’exiger l’équivalent de 15€ plus une amende journalière de 1€ entre la date présumée d’entrée et la date de sortie effective du territoire pour délit dit d’évasion de frontière.

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez un contrat auprès d’une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée (à pratiquer dans un centre agréé). La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est nécessaire. Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B. La vaccination contre la rage peut également être proposée par votre médecin. En particulier, vue l’existence régulière de cas de rage humaine dans le pays, toute morsure par un chien « de rue » doit être suivie d’une vaccination « préventive après exposition » (5 doses). Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.

Voyageurs à destination de pays voisins : Les touristes se rendant dans un des pays voisins, après avoir séjourné en Bolivie, doivent impérativement avoir les vaccinations exigées par ces pays.

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Paludisme (malaria)

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Le paludisme est présent dans les zones rurales en-dessous de 2500 mètres toute l’année et dans le nord du pays (départements de Beni et de Pando, en particulier), mais aussi dans le département de Santa Cruz. L’Amazonie est classée en zone 3, le reste du pays en zone 1. Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement anti-paludique éventuel.

Dengue

Cette maladie virale transmise par les piqûres de moustiques impose le respect des mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). L’attention des personnes les plus vulnérables est particulièrement attirée sur ce risque de maladie. Cette affection pouvant prendre une forme potentiellement grave, il convient de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est déconseillée.

L’épidémie de dengue dans l’est du pays est en phase d’éradication. L’usage de répulsifs anti-moustiques reste cependant indispensable pour les personnes souhaitant se rendre dans les provinces amazoniennes.

Maladie de Chagas (Trypanosomiase américaine)

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres d’insectes (punaises), est présente dans les régions pauvres de basse et moyenne altitude. Il convient de se protéger efficacement : répulsifs, moustiquaire, etc. Cette affection pouvant prendre une forme potentiellement grave, il convient de consulter un médecin en cas de fièvre. Les départements les plus touchés sont : Cochabamba, Chuquisaca, Tarija et Santa Cruz.

Leishmaniose

La leishmaniose cutanée et cutanéo-muqueuse, transmise par une espèce de petit moustique (Phlébotome), peut être contractée dans les zones tropicales humides (Beni, Alto Beni, Yungas, Pando et Chapare).

Hygiène alimentaire

Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée. Evitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Evitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits. Il convient, notamment, d’être très vigilant à la consommation de porc du fait de la présence de maladies parasitaires comme les trichines ou la cysticercose (toujours s’assurer qu’il s’agit de « porc d’élevage »). Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.

VIH-Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Toute mesure de prévention est indispensable.

Quelques règles simples
  • Evitez les baignades dans les rivières ou lacs (risque d’infection parasitaire).
  • Evitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez.
  • Veillez à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.
Recommandations particulières liées à la haute altitude

L’arrivée à La Paz peut s’accompagner des problèmes de santé liés à l’altitude (La Paz est située entre 3300 et 3800 mètres, l’aéroport d’El Alto à 4100 mètres) : les efforts physiques sont déconseillés les premiers jours (ne pas hésiter à se faire aider pour porter ses valises en arrivant à l’aéroport), une hydratation régulière (eau plate) est recommandée, les boissons alcoolisées et les repas copieux sont à éviter. Compte-tenu de l’altitude, il est important de prévoir de vêtements chauds. Enfin, chez les personnes âgées, ou en cas d’antécédents cardiaques ou pulmonaires, un bilan préalable est recommandé.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Législation locale
  • La législation bolivienne punit de 6 ans d’emprisonnement la détention, la détérioration ou l’exportation de pièces archéologiques. Ces dernières peuvent être vendues par des commerçants peu scrupuleux. Il convient donc de se renseigner auprès de l’ambassade de France ou du musée national d’archéologie de Tiwanaku.
  • La consommation d’alcool est autorisée mais soumise à des restrictions à certaines périodes, notamment pendant le Carnaval.
  • La consommation de stupéfiants est rigoureusement interdite. Les peines de prison vont de 18 mois à 3 ans pour simple usage et de 5 à 15 ans de prison pour trafic.

Les peines encourues en cas d’importation en France peuvent être de 5 ans de prison, quelle que soit la quantité de feuilles importées. Il est recommandé de ne pas voyager avec des sachets d’infusion de coca.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014