Accès rapide :

Infos utiles

Représentation diplomatique

La France ne disposant pas de représentation diplomatique au Bhoutan, l’Ambassade de France en Inde a compétence sur ce pays (cf. rubrique "Numéros utiles").

Divers

Tout visiteur est logé dans les hôtels ou maisons d’hôtes approuvés par le gouvernement. Il devra acquitter auprès de son tour opérateur, et avant son arrivée dans le pays, par transfert bancaire selon les modalités indiquées par son tour opérateur, un montant minimum de 250 USD par jour (couvrant les frais d’hébergement, les repas, le transport à l’intérieur du pays, un chauffeur et un guide durant le séjour), majoré de 40 USD s’il voyage seul ou 30 USD s’il voyage en groupe de 2 à 4 personnes.

Les ordinateurs, téléphones portables, appareils photos ou tout autre instrument électronique devront être enregistrés à l’arrivée sur le territoire et seront vérifiés à la sortie. Au Bhoutan, il est parfois impossible d’appeler ou d’être appelé depuis ou sur un téléphone portable d’opérateur français. Mieux vaut acheter une carte sim Bhutan Telecom ou Tashi Cell sur place, si votre téléphone portable est déverrouillé, puis utiliser des recharges disponibles partout.

Les liaisons Internet fonctionnent bien et sont disponibles dans toutes les villes.

Il n’est pas possible de photographier l’intérieur des temples, monastères ou bâtiments officiels.

Une tenue vestimentaire décente est recommandée.

Législation locale

Réglementation sur les devises :

La monnaie du Bhoutan, le ngultrum, est convertible avec la roupie indienne, qui a elle-même cours légal au Bhoutan. La plupart des monnaies étrangères peuvent être échangées dans les banques. Le paiement par carte de crédit est accepté seulement dans de rares magasins de la capitale (artisanat, bijoux), mais pas dans les hôtels, dans les villes de province, ni par la compagnie aérienne ou les tour-opérateurs.
Il est impossible de retirer des espèces avec une carte bancaire. Il convient donc de se munir des moyens de paiement, par exemple des travellers chèques libellés en euros.

L’importation ou l’exportation d’armes, de munitions, d’explosifs, de drogue et de produits dérivés d’espèces animales protégées ainsi que de plantes sont formellement interdites.
L’importation de plantes, de semences et de viande est soumise à quarantaine. L’exportation d’objets locaux classés comme pièces d’antiquité n’est pas permise par les autorités douanières. L’importation de tabac est soumise à une taxe de 200%.

Transport aérien

Il n’existe pas de vol direct entre la France et le Bhoutan. L’entrée du Bhoutan n’est possible que par l’Inde, le Bangladesh, le Népal, Singapour et la Thaïlande. La frontière avec la Chine est fermée.

Il n’existe que quelques vols intérieurs au Bhoutan pour Bjakar (district de Bumthang) et Trashigang, au départ de Paro. Toutefois, les conditions climatiques couplées à l’important relief rendent les liaisons aériennes parfois difficiles et aléatoires.

Druk Air est la compagnie aérienne nationale du Bhoutan et l’unique compagnie aérienne desservant le pays. Cette compagnie n’est pas référencée par l’International Air Transport Association (IATA). Les vols peuvent être visualisés sur son site (http://www.drukair.com.bt/).

Infrastructures routières et ferroviaires

La frontière avec la Chine étant fermée, l’entrée par la route n’est possible que par l’Inde (cf. partie sur la sécurité et les autorisations spéciales).

Les infrastructures de transport au Bhoutan sont limitées, bien que le gouvernement s’efforce de désenclaver les zones les plus isolées en améliorant le réseau routier. Les routes sont d’assez mauvaise qualité, il est donc recommandé d’avoir recours à un chauffeur sur place, ce qui peut éviter bien des désagréments. Il est fortement déconseillé de vous déplacer la nuit.

Il n’existe pas de réseau ferroviaire dans le pays. La route reste donc le moyen de transport privilégié à la fois à l’intérieur du Bhoutan mais aussi vers l’Inde.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016