Accès rapide :

Dernière mise à jour le : 30 septembre 2016 - Information toujours valide le : 11 décembre 2016

Sécurité

Recommandations générales

Les ressortissants français voyageant ou séjournant au Bhoutan sont invités à se tenir informés de l’évolution de la situation dans la région, notamment dans l’hypothèse d’un transit par l’Inde ou le Népal.

Dans le Sud-Est du Bhoutan, les districts de Pemagatshel et de Samdrupjongkhar, à la frontière indienne (État de l’Assam), sont maintenant accessibles. Toutefois, pour des raisons de sécurité, le transit par l’Assam jusqu’à Guwahati nécessite une permission spéciale obtenue par le tour opérateur qui se charge d’organiser le voyage. Cela étant, en cas d’accès au Bhoutan par les États du Nord-Est de l’Inde, il est à noter que ceux-ci connaissent, à des degrés divers, une situation parfois instable qui peut rendre les déplacements difficiles, notamment en cas de grève totale ("bandh"). Il est important de se renseigner précisément avant tout déplacement dans ces régions (voir Fiche de conseils aux voyageurs pour l’Inde).

La frontière avec la Chine est fermée. Il est recommandé d’éviter de s’approcher de ces zones qui font l’objet d’un différend frontalier non réglé.

Le Bhoutan étant situé dans une zone d’activité sismique, les tremblements de terre sont toujours possibles. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, il est recommandé de consulter la fiche réflexe de ce site consacrée au risque sismique dans la rubrique "Infos pratiques".

Il convient de signaler par ailleurs que le pays compte de nombreux chiens errants qui peuvent constituer un danger, plus particulièrement la nuit. En cas de morsure, il importe de se rendre immédiatement à l’hôpital ou au dispensaire le plus proche pour une piqûre anti-rage.

Entrée / Séjour

Visa

Le visa, nécessaire pour entrer dans le pays, doit être demandé au moins 15 jours avant le départ, par l’intermédiaire d’un des 940 tours opérateurs agréés au Bhoutan ou leur représentant à l’étranger.
Les tours opérateurs bhoutanais sont regroupés au sein d’une association : ABTO (courriel : abto@druknet.bt ou info@abto.org.bt). Pour plus d’informations, voir le site du Département du tourisme bhoutanais (Tourism Council of Bhutan TCB) : www.tourism.gov.bt.

Le Département du tourisme bhoutanais ne délivre pas de visa directement. Le tour opérateur s’occupe de toutes les formalités, y compris le visa et le billet d’avion par Druk Air (compagnie aérienne nationale du Bhoutan) ou par Bhutan Airlines (compagnie privée). Il convient d’adresser au tour opérateur en fichier joint par courrier électronique (au format ".jpg") ou par fax, une copie du passeport et les informations suivantes : nom, adresse permanente, lieu et date de naissance, nationalité, profession, date de la visite, endroits visités et durée du séjour, lieu(x) d’entrée et de sortie. Les formalités de visa ne seront accomplies par le Département du tourisme bhoutanais qu’après réception du dossier complet et du montant total correspondant à la formule touristique retenue.

Les autorités d’immigration délivrent le visa pour 15 jours à l’arrivée dans le pays, moyennant le paiement de 20 USD à l’aéroport de Paro (unique aéroport international du Bhoutan). Deux photographies d’identité sont nécessaires à cette formalité. Le visa délivré est valable deux semaines et il peut être prolongé sur place au maximum pour deux semaines pour un montant de 560 ngultrum. L’agence de voyages ou l’interlocuteur local peut, le cas échéant, se charger des formalités de prolongation.

Le Bhoutan exige, de la part des touristes, un montant minimum de dépenses quotidiennes. Ainsi, le séjour coûte par jour et par personne au minimum 200 US$ en saison basse (mois de janvier, février, juin, juillet, août, décembre) et 250 US$ en saison haute (mois de mars, avril, mai, septembre, octobre, novembre). Ces dépenses incluent le logement en hôtel 3 étoiles, les repas, le guide, le chauffeur, l’entrée dans certains sites, les taxes locales et la redevance touristique.

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de l’Office du tourisme bhoutanais (Tourism Council of Bhutan), dont les coordonnées sont les suivantes :

Adresse : PO. Box 126 - Thimphu, Bhutan
Tél. : +975 2 323 251 ou +975 2 323 252
Fax. : +975 2 323 695
Courrier électronique : tcb@tourism.gov.bt

Autorisations spéciales

En cas de passage de la frontière entre l’Inde et le Bhoutan, le visa indien est obligatoire et doit être demandé avant le départ, par exemple à l’Ambassade d’Inde à Paris. En outre, le visa permettant d’entrer en Inde ne suffit pas pour accéder à certains États indiens du Nord-Est, pour lesquels une autorisation spéciale est exigée. C’est le cas aujourd’hui pour le Sikkim, et potentiellement aussi pour le Mizoram, Manipur et Nagaland qui bénéficient d’une exemption susceptible d’être remise en cause à tout moment.

Le transit par l’Assam jusqu’à Guwahati nécessite une permission spéciale obtenue par le tour opérateur.

Si vous prévoyez de quitter le Bhoutan par l’Inde, vous devez demander un visa à deux entrées pour l’Inde à l’ambassade d’e l’Inde en France. L’ambassade d’Inde à Thimphou ne délivre pas de visas pour les touristes.

Santé

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour tout voyageur en provenance d’une zone où cette maladie sévit de façon endémique. Les vaccinations suivantes sont recommandées : diphtérie-tétanos-poliomyélite, hépatites virales A et B, fièvre typhoïde et, selon les conditions du voyage, rage (présence de nombreux chiens errants dans les villes et campagnes) et méningococcie. Le contrôle du BCG peut être utile ainsi que le contrôle de la vaccination rubéole oreillons rougeole chez l’enfant. Demandez l’avis de votre médecin ou d’un centre de vaccinations internationales.

Les personnes souffrant des effets de l’altitude doivent prendre les précautions usuelles contre le mal des montagnes. La capitale du pays, Thimphou, est située à 2400 m d’altitude, ainsi que l’aéroport de Paro.

Respecter les règles d’hygiène de base : se laver les mains fréquemment, boire de l’eau minérale en bouteille, consommer des légumes cuits et des fruits pelés, etc.

Paludisme :

Prévention du paludisme (malaria) : cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) nécessaires seulement si les personnes séjournent dans le sud du Bhoutan ou au-dessous de 2000 mètres.
A ces mesures doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs.
Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pendant une durée variable selon le produit utilisé. Le pays est classé en zone 3.

Les infrastructures hospitalières bhoutanaises n’existent que dans les grandes villes et sont assez rudimentaires. Il n’y a pas de possibilité d’évacuation en urgence.

Consultez votre médecin traitant avant le départ et contractez une assurance de rapatriement sanitaire. Si vous partez en trek, vous devez vous assurer que vous êtes couvert par une clause prévoyant un éventuel rapatriement en hélicoptère vers l’Inde. Cette possibilité de rapatriement reste tributaire des conditions climatiques.

Epidémie de grippe aviaire :

A ce jour, le Bhoutan ne présente aucune affection de grippe aviaire sur son territoire. Néanmoins, les recommandations générales d’hygiène ci-dessous, pour les voyageurs, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou un soluté hydro-alcoolique qu’il est conseillé d’emporter dans ses bagages.
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Représentation diplomatique

La France ne disposant pas de représentation diplomatique au Bhoutan, l’Ambassade de France en Inde a compétence sur ce pays (cf. rubrique "Numéros utiles").

Divers

Tout visiteur est logé dans les hôtels ou maisons d’hôtes approuvés par le gouvernement. Il devra acquitter auprès de son tour opérateur, et avant son arrivée dans le pays, par transfert bancaire selon les modalités indiquées par son tour opérateur, un montant minimum de 200 USD par jour en basse saison et 250 USD par jour en haute saison (couvrant les frais d’hébergement, les repas, le transport à l’intérieur du pays, un chauffeur et un guide durant le séjour), majoré de 40 USD s’il voyage seul ou 30 USD s’il voyage en groupe de 2 à 4 personnes.

Les ordinateurs, téléphones portables, appareils photos ou tout autre instrument électronique peuvent faire l’objet de contrôles à l’arrivée sur le territoire et à la sortie. Au Bhoutan, il est parfois impossible d’appeler ou d’être appelé depuis ou sur un téléphone portable d’opérateur français. Mieux vaut acheter une carte sim Bhutan Telecom ou Tashi Cell sur place, si votre téléphone portable est déverrouillé, puis utiliser des recharges disponibles partout. Le réseau 3G est très étendu et permet de recevoir ses courriels ou d’utiliser une application de messagerie instantanée.

Les liaisons Internet fonctionnent bien et sont disponibles dans toutes les villes.

Il n’est pas possible de photographier l’intérieur des temples, monastères ou bâtiments officiels.

Une tenue vestimentaire décente est recommandée.

Législation locale

Réglementation sur les devises :

La monnaie du Bhoutan, le ngultrum (Nu), est convertible avec la roupie indienne, qui a elle-même cours légal au Bhoutan (la parité étant fixe, un ngultrum vaut une roupie). En 2016, un euro équivalait environ à 74 Nu. La plupart des monnaies étrangères peuvent être échangées dans les banques. Le paiement par carte de crédit est accepté seulement dans de rares magasins de la capitale (artisanat, bijoux), mais pas dans les hôtels, dans les villes de province, ni par la compagnie aérienne ou les tour-opérateurs.
Il n’est pas possible de retirer des espèces avec une carte bancaire. Il convient donc de se munir d’euros ou de roupies indiennes en espèces. Les billets de 500 euros ne sont pas acceptés, tout comme les travellers chèques, qui ne sont plus acceptés depuis 2015.

L’importation ou l’exportation d’armes, de munitions, d’explosifs, de drogue et de produits dérivés d’espèces animales protégées ainsi que de plantes sont formellement interdites.
L’importation de plantes, de semences et de viande est soumise à quarantaine. L’exportation d’objets locaux classés comme pièces d’antiquité n’est pas permise par les autorités douanières. L’importation de tabac est soumise à une taxe de 200%. Il est très difficile de se procurer du tabac sur place.

Transport aérien

Il n’existe pas de vol direct entre la France et le Bhoutan. L’entrée du Bhoutan n’est possible que par l’Inde, le Bangladesh, le Népal, Singapour et la Thaïlande. La frontière avec la Chine est fermée.

Il n’existe que quelques vols intérieurs au Bhoutan pour Bjakar (district de Bumthang) et Trashigang, au départ de Paro. Toutefois, les conditions climatiques couplées à l’important relief rendent les liaisons aériennes parfois difficiles et aléatoires.

Druk Air, la compagnie aérienne nationale du Bhoutan, et Bhutan Airlines, compagnie privée, desservent le pays. Druk Air est référencée par l’International Air Transport Association (IATA) mais pas Bhutan Airlines. Les vols peuvent être consultés sur elur site internet : http://www.drukair.com.bt et http://Bhutanairlines.bt.

Infrastructures routières et ferroviaires

La frontière avec la Chine étant fermée, l’entrée par la route n’est possible que par l’Inde (cf. partie sur la sécurité et les autorisations spéciales).

Les infrastructures de transport au Bhoutan sont limitées, bien que le gouvernement s’efforce de désenclaver les zones les plus isolées en améliorant le réseau routier. Les routes sont très sinueuses, d’assez mauvaise qualité et la conduite se fait à gauche. Il est donc recommandé d’avoir recours à un chauffeur sur place, ce qui peut éviter bien des désagréments. Il est fortement déconseillé de vous déplacer la nuit, même avec un chauffeur.

Il n’existe pas de réseau ferroviaire dans le pays. La route reste donc le moyen de transport privilégié à la fois à l’intérieur du Bhoutan mais aussi vers l’Inde.

Voyages d’affaires

Visa d’affaires
Données économiques

Avec une population de 1 millions d’habitants, le pays dispose en 2014 d’un PIB par habitant de 2379 dollars et d’un PIB de 2 milliards de dollars. Le PIB du pays a crû de 6,6% par an entre 2009 et 2014.

Le Bhoutan est le 184 ème client de la France et son 73 ème déficit. La France a exporté vers le Bhoutan millions d’euros de biens en 2014. Les exportations ont baissé de -18% par an entre 2009 et 2014. Le solde commercial de la France avec le pays s’établit à -1 millions d’euros. .

La Direction des entreprises et de l’économie internationale du ministère des Affaires étrangères et du Développement international vous propose de consulter la fiche repères économiques Bhoutan.

Contacts utiles

  • Service économique

Les Services économiques auprès des ambassades sont des services extérieurs de la Direction générale du Trésor. Ils ont pour missions l’analyse et la veille économique et financière, sur une base macroéconomique, l’animation des relations économiques, financières et commerciales bilatérales avec les pays de leur compétence, le soutien public au développement international des entreprises.

Le Bhoutan relève du Service Économique régional de l’Inde :

Service Économique Régional de New Delhi – INDE
Adresse : 2/50E Shantipath, Chanakyapuri , New Delhi – 110 021, INDE
Tél. : +91 11 43 19 63 00
Télécopie : +91 11 43 19 63 09
Email : newdelhi@dgtresor.gouv.fr

  • BAD

Le Bhoutan est membre de la Banque asiatique de développement (BAD), dont le site internet est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/.

La page du Bhoutan est consultable à l’adresse : http://www.adb.org/countries/bhutan/main.

  • FMI

Sites internet :

Le Bhoutan et le FMI.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016