Accès rapide :

Santé

Avant le départ
  • Consulter son médecin avant le départ, le cas échéant son dentiste.
  • Contracter une assurance.
Epidémie de grippe aviaire


La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles. Les recommandations générales d’hygiène lors des voyages dans les pays en développement, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées.
Paludisme

Le pays connaît des cas sporadiques de transmission de paludisme entre mai et octobre. Cependant, compte tenu du très faible risque, aucun traitement préventif contre le paludisme n’est recommandé. Il est nécessaire de consulter un médecin en cas de fièvre.

Divers

Les MST et le VIH connaissent une forte recrudescence.

La tuberculose, notamment dans sa forme multirésistante, demeure un enjeu de santé publique.

Recommandations

En cas de traitement médical particulier (asthme, diabète, etc.), il est recommandé de se munir, avant son départ, des médicaments nécessaires.

L’eau n’étant pas potable en Azerbaïdjan, la consommation d’eau en bouteille non décapsulée est impérative, y compris pour la toilette des bébés, le brossage des dents, le nettoyage des fruits et légumes, la cuisine et le thé. Si les grands hôtels internationaux disposent de systèmes de filtration, la consommation d’eau au robinet reste néanmoins déconseillée.

Les cas de gastro-entérites sont assez fréquents chez les étrangers de passage imprudents. Il est donc recommandé de laver et de peler soigneusement les fruits et les légumes avant de les consommer.

La fiabilité des contrôles sanitaires sur les viandes et les produits frais importés (de Turquie, de Russie ou de Dubaï) est aléatoire. La chaîne du froid n’est pas toujours respectée, surtout en période estivale. Il est donc recommandé de vérifier les dates de péremption de ces produits et de ne pas les consommer en cas de doute.

Hôpitaux

Les services hospitaliers publics sont en principe gratuits, mais mal équipés.

Les centres médicaux étrangers sont relativement bien équipés à Bakou et disposent de la plupart des traitements nécessaires, mais les consultations y sont très chères (de 50 à 250 USD).

En cas d’accident ou de maladie graves, il n’est pas rare que les victimes ou malades se rendent en Turquie et en Iran.

Coordonnées de centres médicaux et hôpitaux.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014