Accès rapide :

Sécurité

Recommandations générales

Point principal d’entrée en Argentine, Buenos Aires, parce qu’elle ressemble sous bien des aspects à Paris ou à Madrid, peut susciter un sentiment relatif de sécurité. Pour éviter tout désagrément, cette première impression doit être dépassée. L’insécurité est bien réelle en Argentine, en particulier dans la capitale et les grands centres urbains dont le niveau de délinquance générale demeure élevé sans toutefois être comparable à celui d’autres grandes métropoles sud-américaines.

L’insécurité due à la petite et moyenne délinquance, connaît une forte recrudescence. Il convient de redoubler de prudence sur tout le territoire et d’être vigilant dans les zones touristiques où les agressions sont de plus en plus fréquentes.

La ville de Buenos Aires a mis en place un organisme, la "Defensoria del turista". Cet organisme, qui dispose de plusieurs points de contacts dans la capitale, a pour rôle d’assister et orienter les touristes étrangers.

Violence routière

La violence routière est la première source d’insécurité en Argentine qui connait un des niveaux de mortalité routière les plus élevés au monde en raison d’une faible formation initiale, d’un réseau routier inadapté, d’un parc automobile en mauvais état et des politiques de sécurité routière inexistantes. L’attention du voyageur est donc particulièrement attirée sur la prudence requise pour tout déplacement routier, la conduite de nuit étant fortement déconseillée. En cas d’accident de la circulation, aucun constat n’est à remplir sur place. Seules sont échangées les coordonnées des compagnies d’assurances qui traitent ensuite le dossier. En ville, et tout particulièrement à Buenos Aires, le risque est également très élevé. La plus grande vigilance est recommandée aux piétons et cyclistes dans leurs déplacements.

Délinquance

L’autre source d’insécurité est la petite et moyenne délinquance, les auteurs de vol étant souvent toxicomanes. Cette délinquance sévit à Buenos Aires, mais également dans les villes de province, notamment à Mendoza, mais aussi dans les zones rurales. En cas d’agression même si elle paraît sans danger apparent, il convient de ne pas résister, les statistiques montrant que les agressions plus graves avec violence naissent souvent d’une résistance initiale des victimes.

La surveillance dans les lieux publics des sacs de voyage est vivement recommandée.

Il est conseillé de déposer dans les coffres d’hôtels passeports, cartes de crédit, liquidités et billets d’avion, tout en conservant sur soi une photocopie de son passeport et de ne se déplacer qu’avec le strict nécessaire. De même, il convient de ne pas regrouper dans un seul sac les valeurs et documents administratifs.

Les petites escroqueries sont monnaie courante. Il peut s’agir de billets n’ayant plus cours rendus avec la monnaie dans les magasins, taxis, restaurants, hôtels ou par des agents de change peu scrupuleux, voire au guichet des banques. Elles se manifestent également par des tarifs variables « à la tête du client » ou des erreurs de facturation. L’attention du voyageur est attirée sur le fait que la monnaie officielle argentine est le peso argentin et que l’usage de toute autre monnaie, même s’il est de pratique courante, n’est pas autorisé.

De même, tout achat doit faire l’objet d’une facture. N’hésitez pas à la réclamer. Plusieurs cas de retrait d’argent dans les guichets électroniques de banques argentines ont été signalés où les billets s’avéraient être faux.

Contrefaçon

La contrefaçon s’est accrue avec le développement du tourisme. Ainsi, Buenos Aires accueille une des plus importantes foires de produits contrefaits d’Amérique du Sud (Feria La Salada). Ce site peut être dangereux.

Violences envers les femmes

On assiste également à une augmentation des violences envers les femmes. Les enlèvements de jeunes filles souvent destinées à la traite, connaissent également un essor inquiétant notamment dans les régions les plus pauvres du nord de l’Argentine.

Drogues

La consommation de drogues a considérablement augmenté. Elle a généré une augmentation des agressions violentes, parfois pour quelques pesos. Ces agressions sont généralement le fait de personnes agissant sous l’effet de stupéfiants, donc particulièrement imprévisibles.

Il est conseillé de prendre garde à l’usage délictueux d’une drogue, appelée localement Burundanga. Mélangée à une boisson, des aliments ou inhalée (par exemple sur un mouchoir), elle cause une perte de volonté, de conscience et une amnésie temporaire. La « burundanga » connue sous le nom de scopolamine est un anticholinergique. C’est un sédatif central qui provoque en outre d’intenses hallucinations délirantes, de l’amnésie et des pertes de conscience. Elle est active à des doses de l’ordre du dixième de milligramme. À fortes doses, l’intoxication peut être mortelle. Cette drogue est souvent appelée drogue des violeurs.

Tourisme et provinces

A Buenos Aires, la vigilance s’impose dans l’ensemble des quartiers touristiques. On sera attentif dans les quartiers huppés tels que Recoleta ou Puerto Madero, où les voyageurs ont tendance à baisser la garde, comme dans les quartiers populaires, notamment La Boca où il est vivement déconseillé de s’éloigner du Caminito, notamment les jours de match de football. De même, la rue Florida et le quartier de San Telmo, très fréquentés par les touristes, attirent nombre de voleurs à la tire. La nuit, la proximité des gares de Constitucion (lieu de prostitution) et de Retiro (voisine de la villa miseria 31) est fortement déconseillée. Enfin, il est fortement recommandé de ne pas s’aventurer dans les bidonvilles ou « villas miserias » de Buenos Aires sans être accompagné d’une personne de confiance.

A Mendoza, la gare routière est depuis plusieurs mois le théâtre de nombreux vols à la tire dont les victimes sont pour l’essentiel des touristes dans l’attente d’un bus pour le Chili ou pour Buenos Aires.Eviter de se promener à partir de la tombée de la nuit dans le grand parc de la ville en dehors des voies éclairées( Parque General San Martin) - La Province de Mendoza est dotée depuis 2008 d’une unité de police dédiée à l’assistance aux touristes étrangers.En cas de problème, il est conseillé de la contacter soit via le 911 ou au numero spécial de cette unité : +0261 413.21.35.

Aux Chutes d’Iguazu, les touristes se rendant dans cette région très touristique devront être vigilants lors de leur séjour dans la partie brésilienne. Les vols y sont fréquents. Ils peuvent être accompagnés de violences. Il est fortement recommandé aux voyageurs circulant par leurs propres moyens de ne pas passer la frontière de nuit en direction du Brésil ou du Paraguay avec des taxis ou des "remises" locales.
Pour l’adepte des sports extrêmes ou d’aventure, l’Argentine offre de nombreuses opportunités. Cependant, les conditions particulières liées à la topographie ou au climat nécessitent une préparation attentive. La sécurité en montagne et en mer est avant tout une responsabilité individuelle.

Activités de montagne

La pratique de la haute montagne est source de nombreux dangers, les sommets argentins étant par ailleurs beaucoup plus élevés que ceux d’Europe. L’ascension de l’Aconcagua, sommet des Amériques, d’apparence facile, attire chaque année davantage de touristes parfois mal préparés. Les œdèmes pulmonaires ou cérébraux sont fréquents, surtout chez les touristes les moins entraînés. Il est recommandé d’observer les temps d’acclimatation à l’altitude. Un autre danger provient des changements climatiques particulièrement rapides dans cette région. Il est donc recommandé de respecter l’itinéraire obligatoire indiqué à l’entrée du parc et de s’y renseigner sur les conditions météo avant d’entreprendre toute ascension.

Qu’il s’agisse de s’attaquer aux parois du Fitz Roy ou d’atteindre le sommet de l’Aconcagua, il est essentiel de préparer ce défi avec la plus grande minutie et d’être en parfaite forme physique. Une attention toute particulière devra également être portée à l’assurance, celle-ci pouvant parfois exclure les sommets de plus de 5000 m.
Pour plus de renseignements concernant l’Aconcagua : www.turismo.mendoza.gov.ar
Pour plus de renseignement sur le Fitz Roy : www.losglaciares.com

Risques naturels

La cordillère des Andes est une zone sismique. Les tremblements de terre y sont fréquents et oscillent entre 5 et 7 sur l’échelle de Richter. Mendoza et sa région, mais également Ushuaïa, sont classées en zone rouge.

Par conséquent, il est recommandé de contacter les compagnies aériennes ou de consulter les sites internet des aéroports pour s’assurer que les vols en direction ou en provenance du sud de l’Argentine et du Chili ne sont pas retardés ou annulés. Si vous envisagez de vous rendre dans la cordillère des Andes, il est vivement conseillé de consulter les sites officiels argentins et chiliens suivants pour plus de renseignements:
Institut National de Prévention Sismique: http://www.inpres.gov.ar/
Direction nationale de protection civile: www.mininterior.gov.ar/provi…
Réseau de vigilance volcanique : www.sernageomin.cl/volcanes.php
ainsi que nos recommandations.

Les éruptions volcaniques sont fréquentes dans la zone de la cordillère. Elles se traduisent principalement par des projections formant des nuages de cendre d’origine volcanique pouvant affecter des zones importantes du territoire et perturber le trafic aérien. Bien que la plupart des éruptions aient lieu au Chili, les vents dominants propagent les nuages de cendre vers l’Argentine.

Le risque d’ inondation sur l’ensemble de la province de Buenos Aires n’est pas négligeable compte tenu de la configuration du régime hydrographique du bassin du Rio de la Plata mais aussi dans les provinces de Santa Fe et Entre Rios, traversées par le fleuve Parana. La récurrence de ces épisodes d’inondation ces dernières années et l’insuffisance des travaux d’infrastructure nécessaires laissent penser que ce phénomène naturel devrait se reproduire. Ces inondations fréquentes et parfois violentes affectent tout particuliérement la ville de Buenos Aires .

Le risque d’inondation est également présent à Tucuman, San Juan et Mendoza, du fait de la forte torrentialité ( avec concentration rapide des eaux) et de la forte intensité des précipitations tout particulièrement pendant la période de l’été austral . Les torrents peuvent connaître des crues brutales et rapides. Le risque a augmenté ces dernières années puisque les agglomérations se développent de plus en plus sur le piémont et dans les zones les plus basses.

Principales recommandations pour le voyageur
  • garder en tête l’existence de dangers parfois sous-évalués ;
  • ne pas résister à l’agresseur, qui pourrait faire usage d’une arme ;
  • faire preuve de vigilance et de discrétion (éviter les signes extérieurs de richesse tels que bijoux et tenues vestimentaires de valeur qui attirent l’attention et la convoitise) ;
  • être particulièrement vigilant lors des opérations de retrait aux distributeurs de billets de jour comme de nuit ;
  • ne jamais changer de l’argent auprès d’un « changeur » dans la rue ;
  • avoir toujours sur soi le numéro  de permanence du consulat général de France ou de la personne à prévenir en cas d’urgence ;
  • ne prendre que les radio taxis (il existe en effet de nombreux faux taxis à Buenos Aires et dans les villes de province) en vérifiant bien que le chauffeur a bien mis en route le compteur et en étant attentif à la monnaie qu’il vous rend à la fin de la course ;
  • en voyage, n’emporter que les sommes d’argent ou les cartes de crédit strictement nécessaires. Avoir toujours à portée de main une vingtaine de dollars afin de pouvoir les donner à un éventuel agresseur et lui donner ainsi satisfaction ;
  • se méfier de toute distraction visant à détourner votre attention (pick-pockets, …), faire ainsi attention lors d’un attroupement ou lorsque l’on est bousculé ou si l’on renverse sur vous un liquide pour faire diversion ;
  • rester vigilant dans les discothèques (ne pas accepter à boire d’un inconnu et surveiller son verre pour être sûr que rien n’y est mis à son insu).

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014