Accès rapide :

Angola

Angola

Dernière mise à jour le: 19 avril 2013 - Information toujours valide le: 20 avril 2014

Sécurité

L’Angola demeure un pays où la quasi-totalité des visiteurs se rendent pour des raisons professionnelles (expatriés envoyés par des entreprises étrangères installées dans le pays, hommes d’affaires en prospection).

En raison de l’accroissement du nombre d’agressions en Angola et de l’usage d’armes à feu, notamment à Luanda, il est recommandé de respecter les mesures de prudence suivantes :

  • circuler en voiture vitres fermées et portes verrouillées (ne jamais circuler à pied de nuit, y compris en centre-ville) ;
  • éviter de stationner son véhicule dans des endroits peu fréquentés ou mal éclairés ;
  • faire preuve de discrétion en évitant d’arborer bijoux et accessoires ou équipements de valeur ;
  • être très vigilant lors des retraits d’argent (en sortant des établissements bancaires, ceux-ci étant à privilégier plutôt que les distributeurs bancaires) ;
  • n’opposer aucune résistance à tout agresseur;
  • à l’arrivée comme au départ, surveiller les abords de sa demeure (au portail, à la porte ou à l’entrée de l’immeuble).
Déplacements

Du fait de l’état du réseau routier, de la conduite périlleuse de la plupart des automobilistes, de la présence de mines sur certains axes secondaires et de la rareté des implantations hôtelières, les déplacements en Angola peuvent se révéler problématiques. Ils doivent toujours être effectués en journée.

Province du Cabinda

La Province du Cabinda a été, jusqu’à un passé récent, le théâtre d’incidents armés et d’attaques contre des expatriés. Cette zone est donc formellement déconseillée, à l’exception de la ville de Cabinda qui, placée sous contrôle étroit, est épargnée et où la situation générale est similaire à celle prévalant dans le reste du pays.

Transports

L’accès au territoire angolais doit s’effectuer par voie aérienne. Tout autre moyen de transport est fortement déconseillé, notamment par voie maritime. Les plaisanciers doivent en particulier éviter la région de Cabo Ledo, au sud de Luanda, qui abrite des installations militaires angolaises.

Infrastructure routière

Le nombre croissant de véhicules et l’état de délabrement de nombreuses rues rendent la circulation à Luanda particulièrement difficile. A l’extérieur de la capitale, l’état des routes, comme le comportement de certains conducteurs (en particulier en fin de semaine), requièrent la plus grande prudence. Les contacts avec la police peuvent s’avérer problématiques.
Veillez à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en voiture et du casque en deux roues).

Transport aérien

Les déplacements aériens à l’intérieur du pays doivent s’effectuer sur les appareils de sociétés présentant des garanties sérieuses de sécurité.

Liste des compagnies aériennes qui font l’objet d’une interdiction d’exploitation dans l’Union européenne.

Entrée / Séjour

Il est impératif d’être muni d’un visa avant de se rendre en Angola. Aucun visa n’est délivré sur place, y compris à l’aéroport. Les missions diplomatiques et consulaires angolaises ne délivrent pas de visa touristique. Visa délivré sur présentation de garanties de ressources et d’hébergement (une lettre de prise en charge par un organisme opérant en Angola est indispensable). Délai de délivrance : 15 jours, durée de validité du visa à une seule entrée : 30 jours. Les ressortissants français qui se rendent en Angola pour une durée inférieure ou égale à 4 semaines (par exemple rotation de personnels du secteur pétrolier ou para pétroliers) doivent solliciter auprès du S.M.E (service de migrations des étrangers) un visa de travail temporaire (lorsqu’ils en sont démunis) de manière à pouvoir retirer leur passeport avant tout départ.

Les délais de traitement des dossiers par le SME impliquent que ces demandes soient déposées dès leur arrivée.

Pour de plus amples informations, adressez-vous à l’Ambassade d’Angola à Paris, adresses des missions étrangères en France (sur le site de la Maison des Français de l’étranger).

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez à une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.

Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Paludisme : Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…).

A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé. Classification : zone 3.

Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement anti-paludique éventuel.

Présence de paludisme Vivax : deux foyers dans le sud (Arib-Ihrit) de novembre à mars.

Vaccinations
  • Vaccination contre la fièvre jaune : un certificat de vaccination antiamarile est exigé pour tous les voyageurs. A défaut, un agent du ministère angolais de la Santé fera procéder à cette vaccination sur place avant d’autoriser l’entrée dans le pays.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est fortement recommandée en raison d’une recrudescence de la poliomyélite depuis 2005.
  • Autres vaccinations conseillées : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
  • Selon la durée et les conditions de votre voyage, la vaccination anti-méningococcique peut être conseillée. De même, la vaccination contre la rage peut être proposée dans certains cas. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
Hygiène alimentaire

Prévention de la diarrhée du voyageur et des infections bactériennes :

  • Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.
  • Évitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • Évitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.

Le risque de choléra :
L’Angola est fréquemment touché par des épidémies de choléra. Des mesures d’hygiène alimentaire strictes s’imposent à toute personne devant se rendre dans le pays:

  • Veillez à la qualité des aliments (abstention de tout achat de nourriture dans les rues) et à leur bonne cuisson,
  • Ne consommez pas de fruits et légumes achetés à des vendeurs sur le trottoir ou sur des marchés dont la salubrité n’est en apparence pas respectée.
  • Pelez les fruits ou légumes, ou les faire bouillir
  • Évitez les crudités et les produits de la mer (coquillages).
VIH - Sida

Forte prévalence du VIH - Sida. Toute mesure de prévention est indispensable.

Quelques règles simples
  • Évitez les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).
  • Évitez de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez.
  • Ne consommez jamais de médicaments achetés dans la rue.
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin.
Risques particuliers

Trypanosomiase endémique dans le nord du pays.

Traitements

La plupart des pathologies graves requièrent une évacuation sanitaire. Le numéro du contrat de l’assuré ainsi que les coordonnées de la compagnie pourront être fournis au consulat dès l’arrivée.

Cliniques

La qualité des diagnostics, des analyses et des soins médicaux en Angola n’est pas encore au niveau des standards internationaux en la matière. Par ailleurs, les tarifs pratiqués sont souvent de deux à cinq fois plus élevés qu’en France. Pour autant, parmi les établissements implantés à Luanda, ceux qui peuvent être retenus sont les suivants :

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Législation locale

L’usage et la revente des stupéfiants entraînent de lourdes peines de prison.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014