Accès rapide :

Sécurité

Recommandations générales

La Macédoine a connu en 2015/2016 des épisodes réguliers de manifestations publiques, inopinées ou organisées (suscitées à travers les réseaux sociaux), le plus souvent pacifiques, mais qui ont parfois donné lieu à des frictions entre groupes ou avec les forces de l’ordre. D’une manière générale, il est recommandé aux visiteurs d’éviter de se mêler aux rassemblements et d’observer la plus grande prudence dans les villes en période d’agitation politique et sociale.

Même si la criminalité de rue se situe en Macédoine à un niveau faible par rapport à certaines capitales européennes, la vigilance est recommandée à Skopje et dans les sites touristiques les plus visités, en raison du risque de présence de pickpockets, souvent mineurs, qui pratiquent le vol à la tire.

Par ailleurs, il est rappelé que certaines zones montagneuses doivent faire l’objet d’une vigilance particulière, notamment à la frontière entre la Macédoine et le Kosovo, en raison de la présence de trafiquants, de migrants clandestins et de passeurs, voire de groupes armés. Les déplacements dans le massif de la Skopska Crna Gora et au nord de Tetovo, dans le massif du Shar, peuvent donc être occasionnellement limités par les forces de sécurité macédoniennes.
Bien que les étrangers ne soient pas menacés, les personnes désireuses de se rendre dans ce secteur sont invitées à contacter préalablement le service consulaire de l’ambassade de France à Skopje.

Enfin, la Macédoine a été le théâtre de trois conflits (guerres Balkaniques, 1ère et 2nde guerres mondiales). Elle comporte d’anciennes zones de front (axe Bitola-Gevgelija), dont quelques sites n’ont pas été nettoyés et demeurent potentiellement dangereux, en raison des munitions résiduelles qui pourraient s’y trouver. Une autorisation préalable des autorités macédoniennes est nécessaire pour s’y rendre en vue d’effectuer des fouilles et recherches archéologiques. En tout état de cause, il est vivement déconseillé de s’aventurer dans certains périmètres de l’ancien front (zones montagneuses, régions isolées ou non viabilisées) sans avoir obtenu l’aval de la sécurité civile. Enfin, les randonneurs ne devront pas s’écarter des sentiers de randonnée balisés.

S’agissant de la circulation automobile, il convient d’observer la plus grande prudence, du fait de l’état du réseau routier, du comportement à risques de certains usagers et du niveau aléatoire des services d’urgence en cas d’accident.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016