Accès rapide :

Entrée / Séjour

Voyageurs en provenance de pays touchés par Ebola
En date du 19 janvier 2016, le gouvernement sud-africain a décidé de lever une partie des mesures préventives et n’impose plus d’obtenir une autorisation préalable pour les voyageurs en provenance ou à destination de la Guinée, du Liberia ou de la Sierra Leone.

Tous les voyageurs font par ailleurs potentiellement l’objet d’un contrôle thermique à l’arrivée et peuvent devoir se soumettre à un questionnaire de santé.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le central national de la santé au +27 123959636.

Contrôle des passeports et des visas

Les passagers arrivant à ou partant de l’aéroport international OR Tambo de Johannesburg sont informés que l’introduction du nouveau système de recueil des données biométriques depuis début juillet 2016 génère des attentes longues aux guichets de contrôle des passeports et des visas. Cette situation peut avoir des conséquences sur les passagers en correspondance. Il est donc recommandé de prévoir un temps de correspondance suffisamment long (au moins deux heures).
Le recueil de données biométriques est aussi susceptible d’occasionner des temps d’attente à l’embarquement dans les autres aéroports internationaux d’Afrique du Sud

Visa

Il est recommandé de se rapprocher de la section consulaire de l’ambassade d’Afrique du Sud à Paris en cas de question : consular.services [at] afriquesud.net.

Séjours inférieurs à 90 jours

- Pour des séjours touristiques en Afrique du Sud inférieurs à 90 jours, les titulaires d’un passeport français (ordinaire, diplomatique ou de service) sont dispensés de visa préalable. Un permis de séjour de 90 jours sera délivré à la frontière à l’entrée sur le territoire sud-africain.

- Le passeport doit impérativement comporter deux pages vierges et être encore valable 30 jours après la date prévue de sortie du territoire sud-africain. A défaut, les voyageurs sont refoulés à l’arrivée.

- Au-delà de 90 jours de séjour, il est possible, sous certaines conditions, de prolonger son séjour pour 3 mois supplémentaires en sollicitant, au moins 60 jours avant son expiration, une prorogation du visa auprès des services d’immigration sud-africains (Home Affairs).

- Pour des séjours de moins de 90 jours qui ne seraient pas des séjours touristiques (stage, volontariat…), il est vivement recommandé de demander le visa adéquat avant le départ, auprès de l’ambassade d’Afrique du sud à Paris.

Séjours supérieurs à 90 jours

- Pour tout séjour supérieur à 90 jours et en particulier en vue d’une activité salariée ou pour des séjours d’affaires, le visa est obligatoire et doit impérativement être demandé avant le départ auprès de l’ambassade d’Afrique du Sud en France. La consultation préalable du ministère sud-africain du travail et du ministère sud-africain du commerce et de l’industrie entraîne des délais très importants.

- En aucun cas un visa touristique ne peut par la suite être transformé en visa de travail ou visa d’affaires sur place en Afrique du Sud ; une nouvelle demande de visa devra être déposée dans le pays d’origine du demandeur.

Afin d’éviter des difficultés au départ, que ce soit pour un court ou un long séjour, il est fortement conseillé de vérifier que la date de validité indiquée sur le tampon apposé par les services d’immigration sud-africains, à l’entrée dans le pays, correspond au temps de séjour obtenu (90 jours pour un séjour touristique sans visa ou temps de séjour indiqué sur la vignette émise par l’ambassade d’Afrique du sud à Paris)

Tout voyageur quittant le pays après la date d’expiration de son visa encourt une interdiction de séjour sur le territoire sud-africain pour une période de 1 à 5 ans. Si un voyageur a fait l’objet d’une interdiction du territoire, il peut faire appel en suivant cette procédure : http://www.home-affairs.gov.za/index.php/immigration-services/overstay-appeals.

Entrée et sortie des mineurs sur le territoire sud-africain

Nota bene : ces éléments recueillis par les autorités françaises sont donnés à titre indicatif et peuvent évoluer. Ils ne peuvent anticiper l’application souveraine qui en est faite par les autorités sud-africaines et par les compagnies aériennes. Il est recommandé de scanner ces documents et de les conserver de manière dématérialisée en cas de perte ou de vol pendant le séjour.

Selon la réglementation locale en matière d’entrée et de sortie des mineurs, étrangers ou sud-africains, en vigueur depuis le 1er juin 2015, tous les parents sont tenus de présenter un justificatif attestant du lien de filiation avec leurs enfants, à l’entrée comme à la sortie du territoire sud-africain. Cette mesure s’applique en tout point frontalier du pays.

En pratique, voici les documents qui doivent être présentés à l’entrée et à la sortie :

Selon le cas de figure, les documents requis sont les suivants :

1/ Si le mineur voyage avec ses deux parents

  • Son passeport personnel.
  • La copie intégrale de l’acte de naissance traduite par un traducteur assermenté ou son extrait d’acte de naissance plurilingue. Il n’y a aucune condition relative à la date de délivrance de ces documents d’état civil.
  • Le livret de famille pourra également être présenté pour justifier des filiations.

2/ Si le mineur ne voyage qu’avec un seul de ses deux parents non séparés

  • Les documents du point 1.
  • Une autorisation de sortie du territoire qui doit être renseignée et signée par le parent ne voyageant pas et accompagnée d’une copie de sa pièce d’identité certifiée conforme à l’original. Cette autorisation doit dater de moins de 6 mois à la date du voyage. Les voyageurs doivent se rapprocher de la mairie de leur domicile pour y faire certifier la signature apposée sur l’autorisation (gratuit). Ils peuvent également se rapprocher d’un notaire pour ce faire (payant) ou encore de l’ambassade d’Afrique du Sud dans leur pays de résidence (cf. modèle en anglais).

3/ Pour les mineurs dont l’un des deux parents est décédé

  • Les documents du point 1.
  • L’acte de décès du parent traduit par un traducteur assermenté ou l’extrait plurilingue de l’acte de décès.

4/ Si le mineur ne voyage qu’avec un seul de ses deux parents divorcés ou séparés officiellement

  • Les documents des points 1 et 2.
  • En cas d’impossibilité d’obtenir une autorisation de sortie de l’autre parent, le jugement de divorce ou tout autre document officiel attestant de l’attribution de la garde de l’enfant traduit en anglais (le cas échéant) par un traducteur assermenté.

5/ Si le mineur est accompagné d’un adulte mais ne voyage avec aucun de ses parents

  • Les documents des points 1 et 2. La déclaration sur l’honneur devant être signée des deux parents en l’occurrence.
  • Les copies certifiées conformes des pièces d’identité ou passeports des deux parents.
  • Les coordonnées complètes des parents.

6/ Mineurs voyageant seuls

  • Les documents du point 1.
  • Autorisation de sortie datée de moins de 6 moins du territoire des deux parents autorisant l’enfant à voyager ou d’un seul parent en fonction de la situation familiale, accompagnée d’une copie de leur pièce d’identité certifiée conforme à l’original (cf. 2 et 3).
  • Lettre d’invitation de la personne qui l’accueille en Afrique du Sud précisant son adresse et ses coordonnées complètes (adresse, téléphone, courriel).
  • Une copie de la pièce d’identité, du passeport, du visa ou du document prouvant la résidence permanente de la personne accueillant le mineur sur le territoire sud-africain.
  • Les coordonnées détaillées des parents.

Liens utiles en anglais :

http://www.dha.gov.za/files/Brochures/Immigrationleaflet.pdf?bcsi_scan_1fe59ba8c561fa18=0&bcsi_scan_filename=Immigrationleaflet.pdf

Pour toute information complémentaire, il est recommandé aux personnes voyageant en Afrique du Sud avec des enfants mineurs de se rapprocher de la section consulaire de l’ambassade d’Afrique du Sud à Paris (consular.services [at] afriquesud.net).

Certificat de vaccination contre la fièvre jaune

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs en provenance d’une zone infectée (la mesure s’applique aussi à toute personne ayant transité pendant plus de douze heures dans un des pays à risques). Cette vaccination, qui ne concerne pas les enfants âgés de moins d’un an, doit avoir été effectuée 10 jours avant l’entrée sur le territoire sud-africain.

Il s’agit des pays suivants :

En Afrique : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Ethiopie, Guinée équatoriale, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Togo, Ouganda.

Hors Afrique : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Guyane française, Guyane, Panama, Paraguay, Pérou, Surinam, Trinité-et-Tobago, Venezuela.

Tout voyageur concerné par cette obligation de vaccination antiamarile et ne la respectant pas se verra refuser l’entrée sur le territoire sud-africain par les autorités locales.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016