Accès rapide :

Afrique du Sud

Afrique du Sud

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 19 septembre 2014 - Information toujours valide le: 23 septembre 2014

Dernière minute

Nouvelle réglementation relative à l’entrée et à la sortie des mineurs sur le territoire sud-africain

Report au 1er juin 2015 de l’entrée en vigueur des mesures concernant les voyages vers et depuis l’Afrique du Sud des enfants mineurs relatives à la présentation d’une copie intégrale de l’acte de naissance des enfants avec traduction par un traducteur assermenté.

Voyageurs en provenance de pays touchés par Ebola

En date du 21 août 2014, le gouvernement sud-africain a décidé d’interdire l’accès au territoire national à tous les ressortissants non sud-africains arrivant dans le pays en provenance de trois pays d’Afrique de l’Ouest touchés par le virus Ebola (Liberia, Guinée, Sierra Léone), sauf "circonstances exceptionnelles" (non précisées). Cette mesure ne s’applique toutefois pas aux vols en provenance du Nigeria.

Sécurité

Le taux de criminalité en Afrique du Sud est très élevé. Si le phénomène est concentré principalement dans les zones urbaines défavorisées, à l’écart des destinations touristiques, il n’épargne pas les quartiers aisés et les centres-villes.

Les agressions contre les touristes, principalement motivées par le vol de leurs biens matériels ou objets de valeur, peuvent s’accompagner de violences graves (vols sous la menace d’armes à feu, piratages de voitures, viols, meurtres, etc.) ; une forte augmentation des vols et agressions dont ont été victimes nos compatriotes (touristes ou résidents) a été constatée dans la région de Johannesburg et le nord de l’Afrique du Sud depuis quelques mois.

Le respect de consignes générales de sécurité, la vigilance et le bon sens permettent en règle générale de voyager sans problème.

Consignes générales de sécurité
  • prendre garde aux vols, fréquents dans les lieux publics (aéroports, gares, halls d’hôtels, alentours des bars, restaurants, terrasses, plages, etc).
  • éviter de porter de façon ostentatoire des objets de valeur (bijoux, appareils photographiques, caméscopes, etc).
  • ne jamais porter sur soi d’importantes sommes d’argent, mais en revanche disposer de quelques billets et pièces qui seront remis, sans délai et sans hésitation, en cas d’agression.
  • faire preuve de vigilance lors des retraits d’espèces aux distributeurs et guichets automatiques et des paiements par carte bancaire (cf. infra). Privilégier les retraits en journée dans des distributeurs installés dans des endroits fréquentés (aéroports, quartiers résidentiels, centres commerciaux).
  • se déplacer avec des photocopies de ses documents d’identité ou titres de voyages. Scanner ses documents d’identité et en garder une copie sur un support informatique (clé USB, messagerie personnelle …) ; conserver les originaux de ces documents à l’hôtel ou au domicile.
  • dans les hôtels, verrouiller sa porte et ne pas ouvrir à des inconnus.
  • ne pas se rendre dans les quartiers défavorisés (townships) sans être accompagné d’un guide ou d’une personne connaissant les lieux.
  • toujours se renseigner auprès des hôteliers et des agences de voyages locales sur les lieux à éviter et les itinéraires à emprunter.
  • proscrire les déplacements à pied dès la nuit tombée. Dans tous les cas, éviter de se déplacer seul le soir et privilégier les déplacements en groupe, y compris dans les grandes villes et dans les quartiers abritant restaurants, bars et discothèques.
  • se tenir à l’écart des attroupements, des manifestations et mouvements de foule.
  • éviter les gares routières et ferroviaires et leurs alentours ainsi que les stations de « taxis-minibus » après 17h et rester vigilant en journée.
  • en ville, circuler en voiture vitres fermées et portières verrouillées et ne jamais laisser sacs, bagages ou objets de valeur visibles dans l’habitacle du véhicule. De nuit, ne s’arrêter que dans des endroits animés et bien éclairés (ex. station service).
  • ne pas circuler de nuit hors agglomérations. Privilégier les grands axes et repérer son itinéraire avant de partir.
  • ne jamais faire de stop ou prendre d’auto-stoppeur.
  • ne pas emprunter les « taxis-minibus » (transports en commun). De nuit, privilégier le recours aux radio-taxis des compagnies contactées par téléphone. Dans les aéroports, recourir aux services des compagnies agréées dont les guichets sont installés à l’intérieur de l’aérogare et les prix affichés.
  • lors des déplacements, se munir d’un téléphone portable et de numéros à contacter en cas d’urgence.
Endroits à éviter

A Johannesburg :

  • quartiers de Hillbrow, Berea, Alexandra et Yeoville où les agressions sont fréquentes, notamment en raison du trafic de stupéfiants.
  • vieux centre-ville ; éviter ce quartier (à l’exception du secteur de Newton) la nuit et le week-end ;
  • quartier de la gare routière située dans le centre ville ;
  • quartier de Soweto (township le plus peuplé d’Afrique du Sud, situé à 15 kms au sud-ouest de Johannesburg) : se limiter aux tours organisés par des agences de voyage ou aux visites des maisons des deux figures de la lutte contre l’apartheid, Nelson Mandela et Desmond Tutu, ainsi qu’au musée Hector Petersen ;
  • prévoir un accueil à l’aéroport : il est recommandé de demander à son hôtel d’organiser un transfert depuis l’aéroport.

A Pretoria :

Si Pretoria, capitale administrative de l’Afrique du Sud, est plus sûre que Johannesburg, il convient toutefois d’y respecter les consignes générales de sécurité.

A Nelspruit :

  • le jardin botanique.

A Durban :

  • quai Victoria, passages souterrains du Workshop Shopping Centre et de l’embarcadère Victoria, Point Road, aux alentours immédiats du Wheel Shopping Complex et du port ;
  • être prudent, à toute heure, sur le front de mer.

Au Cap :

  • faire preuve de vigilance dans les quartiers de Woodstock et Observatory lors des déplacements à pieds, de jour comme de nuit. Plusieurs agressions y ont été signalées ;
  • éviter de se déplacer seul après la tombée de la nuit dans le quartier de Long Street : vols et agressions commis par des individus sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants y sont fréquents ;
  • ne pas se rendre dans les townships (Khayelitsha, Mitchell’s Plain, Langa, Nyanga, Gugulethu) sans être accompagné d’un guide ou d’une personne familière des lieux.

Dans l’Eastern Cape :

  • ne pas se rendre dans les townships de Port Elizabeth et East London sans être accompagné d’un guide ou d’une personne familière des lieux ;
  • être vigilants dans les villes de Port St Johns et Coffee Bay, sur la « Wild Coast », où des agressions ont été signalées.
Conduite à tenir en cas d’agression
  • En cas d’agression, ne pas regarder son agresseur dans les yeux et ne jamais tenter de résister ou de se défendre. Les agressions sous la menace d’une arme à feu ou d’un couteau sont courantes ; il s’agit d’assurer à votre agresseur, qui peut être sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue, de votre disponibilité à coopérer et à lui remettre immédiatement vos valeurs.
  • En cas de braquage de voiture, remettre immédiatement à l’agresseur les clés du véhicule.
  • Après l’agression, déposer plainte auprès d’un commissariat de police et prendre l’attache du consulat de France le plus proche (Johannesburg ou Le Cap - Cf. Contacts utiles).
Usages frauduleux de la carte bancaire et escroqueries sur internet
  • Ne pas quitter des yeux sa carte bancaire lors des paiements (le serveur vient à la table avec le lecteur de carte ; il ne doit pas emporter la carte au comptoir) ; conserver tous les reçus de paiement. Les fraudes à la carte bancaire (la copie des données de la carte ne prend que quelques secondes ; elles sont ensuite reportées sur une fausse carte) sont fréquentes.
  • En cas de fraude, faire aussitôt opposition auprès de sa banque puis porter plainte au commissariat de police le plus proche.
  • Sur internet :
  • ne pas donner suite aux courriels promettant des profits immédiats moyennant paiement d’une commission ou d’une avance.
  • ne pas donner suite aux courriels semblant provenir d’une banque ou d’un organisme de confiance, et invitant à cliquer sur un lien destiné à résoudre un problème prétendument survenu sur le compte de l’utilisateur.
Drogues et produits stupéfiants
  • L’achat, la vente, la possession ou la consommation de drogues et produits stupéfiants sont illégales et sévèrement réprimés par la loi.
  • Ne pas laisser son verre sans surveillance dans les bars et discothèques. Plusieurs cas de personnes droguées à leur insu au GHB ont été signalés, en particulier au Cap. Le GHB, communément appelé « drogue du violeur », provoque une perte de conscience ou une diminution de la résistance physique et psychique permettant à l’agresseur d’abuser de sa victime ou de lui voler ses valeurs et effets personnels.
Parcs naturels et randonnées
Baignade en mer - requins
  • Sur l’ensemble des côtes sud-africaines, vents et courants marins sont très changeants ; les risques de noyade sont élevés.
  • Les requins, dont le grand blanc, sont très présents sur tout le littoral sud-africain ; on dénombre chaque année une dizaine d’incidents, impliquant majoritairement surfeurs et body-boarders.

Dans la péninsule du Cap, l’organisation shark spotters (tél : 078 174 42 44) a mis en place un système de surveillance de certaines plages (notamment Muizenberg) et d’alerte en temps réel (drapeau vert - risque très faible / drapeau noir - risque faible / drapeau rouge - risque élevé, détection de la présence de requin au cours des deux dernières heures / drapeau blanc et sirènes - risque très élevé, détection de la présence de requin aux abords immédiats de la plage).

Des attaques de requins ont été signalées à Port St Johns.

La région de Durban est dotée de filets anti-requins installés au large des plages.

Transports

Permis de conduire
  • Les ressortissants français qui souhaitent conduire en Afrique du Sud doivent être détenteurs de leur permis de conduire français accompagné d’un permis de conduire international
Infrastructures routières
  • Si les grands axes (autoroutes, routes nationales, réseaux urbains) sont en très bon état, l’entretien des routes secondaires est moins bon.
  • Il est préférable d’éviter les trajets de nuit, en raison du faible éclairage et des travaux ou déviations mal signalés.
  • L’ensemble du réseau routier sud-africain est bien ravitaillé en carburant ; dans les zones très isolées, la distance entre deux stations-service est parfois importante et le paiement du carburant n’est possible qu’en espèces.
Règles de circulation et sécurité routière
  • La conduite à gauche impose de faire preuve de vigilance, en particulier aux carrefours et ronds-points.
  • Aux carrefours, à défaut de feux de signalisation ou lorsque ceux-ci ne fonctionnent pas, la priorité est déterminée en fonction de l’ordre chronologique d’arrivée des véhicules au carrefour.
  • La prudence s’impose sur les nombreux axes à forte circulation mais sans double-voie, les cas de dépassements risqués étant fréquents.
  • A proximité des townships ou des zones densément habitées, redoubler de vigilance à l’égard des piétons qui traversent les voies.

En cas d’accident :

  • Si la police n’a pas été appelée sur les lieux de l’accident, se rendre au commissariat de police le plus proche avec les personnes impliquées afin d’établir un constat.
  • Si le véhicule a été loué, contacter l’agence de location. Les enseignes internationales de location de voitures présentes en Afrique du Sud sont fiables. Vérifier que le contrat inclut bien une assurance et demander l’imprimé du constat à utiliser en cas d’accident.
  • En cas de panne ou d’accident à proximité d’un township ou dans une zone isolée, ne pas rester, si possible, sur les lieux de l’accident.

Conduite en état d’ivresse

  • La conduite en état d’ivresse est sévèrement réprimée ; les contrôles d’alcoolémie sont fréquents. Le seuil légal, identique aux limites de la réglementation française, est fixé à 0,5g d’alcool par litre de sang ou 0,24 mg par litre d’air expiré.
Transport ferroviaire
  • Le réseau ferroviaire est peu usité sur les trajets inter-urbains.
  • Le « Gautrain », ligne de train à grande vitesse reliant Johannesburg à l’aéroport OR Tambo International et à Pretoria, peut être emprunté en toute sécurité. Il est en revanche déconseillé d’emprunter l’ancienne ligne de chemin de fer entre Johannesburg et Pretoria, « Metro », où sévissent de nombreux délinquants.
Transport aérien et maritime
  • L’Afrique du Sud dispose d’infrastructures portuaires et aéroportuaires internationales de bonne qualité (aéroports de Johannesburg, de Durban ou du Cap). Les compagnies aériennes sud-africaines (nationales et low-costs) opèrent conformément aux standards internationaux de sécurité.

Entrée / Séjour

Voyageurs en provenance de pays touchés par Ebola
En date du 21 août 2014, le gouvernement sud-africain a décidé d’interdire l’accès au territoire national à tous les ressortissants non sud-africains arrivant dans le pays en provenance de trois pays d’Afrique de l’Ouest touchés par le virus Ebola (Liberia, Guinée, Sierra Léone), sauf "circonstances exceptionnelles" (non précisées). Cette mesure ne s’applique toutefois pas aux vols en provenance du Nigeria.
Visa
Une nouvelle réglementation est entrée en vigueur en Afrique du Sud le 26 mai 2014, relative au séjour des étrangers. Il est recommandé de se rapprocher de la section consulaire de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris en cas de question : consular.services@afriquesud.net

Séjours inférieurs à 90 jours

  • Pour des séjours touristiques en Afrique du Sud inférieurs à 90 jours, les titulaires d’un passeport français (ordinaire, diplomatique ou de service) sont dispensés de visa préalable. Un permis de séjour de 90 jours sera délivré à la frontière à l’entrée sur le territoire sud-africain.
  • Le passeport doit impérativement comporter deux pages vierges et être encore valable 30 jours après la date prévue de sortie du territoire sud-africain. A défaut, les voyageurs sont refoulés à l’arrivée.
  • Au-delà de 90 jours de séjour, il est possible, sous certaines conditions, de prolonger son séjour pour 3 mois supplémentaires en sollicitant, au moins 60 jours avant son expiration, une prorogation du visa auprès des services d’immigration sud-africains (Home Affairs).

Tout voyageur quittant le pays après la date d’expiration de son visa encourt une interdiction de séjour sur le territoire sud-africain pour une période de 1 à 5 ans.

Séjours supérieurs à 90 jours

  • Pour tout séjour supérieur à 90 jours et en particulier en vue d’une activité salariée ou pour des séjours d’affaires, le visa est obligatoire et doit impérativement être demandé avant le départ auprès de l’Ambassade d’Afrique du Sud en France. La consultation préalable du ministère sud-africain du travail et du ministère sud-africain du commerce et de l’industrie entraîne des délais très importants.
  • En aucun cas un visa touristique ne peut par la suite être transformé en visa de travail ou visa d’affaires sur place en Afrique du Sud ; une nouvelle demande de visa devra être déposée dans le pays d’origine du demandeur.
Entrée et sortie des mineurs sur le territoire sud-africain

Le ministère sud-africain de l’Intérieur a annoncé le mardi 16 septembre le report des mesures concernant les conditions d’entrée et de sortie des mineurs voyageant de et vers l’Afrique du Sud. Ces mesures dont le détail figure ci-dessous entreront en vigueur le 1er juin 2015.

La présentation par les parents entrant en Afrique du Sud ou sortant du territoire sud-africain de l’original (ou de la copie certifiée conforme) de la copie intégrale de l’acte de naissance (« unabridged birth certificate ») des enfants mineurs les accompagnant, datant de moins de 3 mois, sera exigée par les autorités sud-africaines.

Enfant voyageant avec un seul de ses parents :

En complément des documents mentionnés plus haut, une déclaration sous serment (« affidavit ») du deuxième conjoint, déclarant donner son accord au voyage du/des enfants, et précisant l’identité et le numéro de passeport du/des enfants concerné(s) devra également être présentée.

Enfant voyageant avec un parent divorcé :

Le jugement de divorce (ou une ordonnance du juge, prouvant que l’accompagnateur s’est vu confier la garde des enfants) sera aussi exigé.

Enfant voyageant avec un adulte qui n’est pas l’un des parents biologiques :

Une déclaration sous serment (« affidavit ») des parents, datant de moins de 3 mois, autorisant le voyage de l’enfant et précisant les coordonnées des parents (contacts), ainsi que des copies des passeports des parents (ou du tuteur légal), devront également être présentées.

Enfant mineur voyageant seul :

En complément des documents précités, une autorisation de sortie du territoire datant de moins de 3 mois, signée par les parents ou le tuteur légal, ainsi que des copies des passeports ou des cartes nationales d’identité des parents (ou du tuteur légal) seront également exigées. Une lettre d’invitation des personnes accueillant l’enfant en Afrique du Sud devra également être produite, reprenant les informations portant sur leur résidence, et accompagnée de copies des documents d’identité les concernant.

Important : Tous ces documents devront être accompagnés de leur traduction en anglais effectuée par un traducteur assermenté (« sworn translator »).

Pour toute information complémentaire, il est recommandé aux personnes voyageant en Afrique du Sud avec des enfants mineurs de se rapprocher de la section consulaire de l’Ambassade d’Afrique du Sud à Paris (consular.services@afriquesud.net).

Certificat de vaccination contre la fièvre jaune
  • Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour tout voyageur en provenance d’une zone infectée. Cette vaccination doit avoir été effectuée 10 jours avant l’entrée sur le territoire sud-africain.

Il s’agit notamment des pays suivants :

En Afrique : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Tchad, Congo, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Ethiopie, Guinée Equatoriale, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissao, Kenya, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda, Zambie.

Hors Afrique : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Equateur, Guyane Française, Guyane, Panama, Paraguay, Pérou, Surinam, Venezuela.

Tout voyageur qui ne respecterait pas cette condition encourt le risque de se voir refouler.

Santé

Avant le départ
  • Il est conseillé au voyageur de consulter son médecin traitant et d’emporter dans ses bagages ses médicaments habituels.
  • Il est recommandé de souscrire une assurance-voyage (frais médicaux et rapatriement sanitaire). Les personnes qui bénéficient d’une assurance-voyage associée à un autre contrat (carte de crédit, mutuelle, etc) doivent veiller à se munir du numéro de téléphone d’urgence de la compagnie d’assistance.

Les soins prodigués dans les établissements hospitaliers privés sud-africains sont de bonne qualité mais très coûteux. Même en cas d’urgence, sans la présentation de garanties de paiement ou d’une assurance-santé, un patient étranger pourra se voir refuser l’accueil et toute prise en charge médicale.

Vaccinations
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos est recommandée ;
  • Autres vaccinations conseillées (selon la durée, de la fréquence et des conditions d’hygiène du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites A et B ;
  • La vaccination contre la rage peut éventuellement être proposée dans certains cas ;
  • Se renseigner auprès du médecin traitant ou d’un centre de vaccinations internationales.
Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes

Des zones de paludisme (classification zone 3 en termes de résistance) subsistent dans les provinces du Mpumalanga, du Limpopo et du KwaZulu-Natal, aux frontières avec le Mozambique, le Swaziland et le Zimbabwe, notamment dans la région du parc Kruger.

  • Dans ces zones, le recours à des mesures de protection individuelle (spray, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires, etc) s’impose.
  • A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu. Il convient donc de se renseigner auprès du médecin traitant ou d’un centre de conseils aux voyageurs.
  • En cas de fièvre durant le séjour et dans les deux mois qui suivent le retour, il est impératif de signaler au médecin un séjour récent en zone infectée.
Prévention des maladies sexuellement transmissibles et du VIH-SIDA

La pandémie de VIH-SIDA est très répandue en Afrique du Sud (17 % des adultes de 15 à 49 ans sont porteurs du virus). Il convient d’être vigilant face aux risques d’infection lors des rapports sexuels ou lors de transfusions sanguines. Toutes mesures de prévention sont indispensables. Les victimes d’agression sexuelle doivent immédiatement consulter un médecin.

Hygiène alimentaire
  • Dans les agglomérations, l’eau du robinet est potable. En revanche, dans les zones rurales, il est recommandé de boire de l’eau minérale, en bouteille.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.
Hôpitaux et médecins

Johannesburg

Médecins francophones (http://www.consulfrance-jhb.org/IMG…)

Hôpitaux :

  • Sandton Clinic : Cnr Main Road & Peter Place, 2191 • +27 11 709 20 00 ou 011 706 77 10 /11 (urgences)
  • Mediclinic Morningside: Cnr Rivonia & Hill Roads, 2057 • +27 11 282 50 00 ou +27 11 282 51 26 / 51 27 (urgence)
  • Milpark Hospital : 9 Guild Rd, 2193 • +27 11 480 56 00
  • Johannesburg General Hospital : Jubilee Rd Johannesburg, 2193 • +27 11 488 49 11
  • Sunninghill Hospital : 90 Nanyuki Rd, Sandton, 2157 • +27 11 806 15 00 (hôpital disposant d’une cellule d’urgence prenant en charge les victimes de viols)

Le Cap

Médecins francophones (http://www.consulfrance-lecap.org/M…)

Hôpitaux :

  • Netcare Christiaan Barnard Hospital : 181 Longmarket Street, 8000 • +27 21 480 61 11
  • Mediclinic Cape Town - Gardens : 21 Hof Street, Oranjezicht, 8001 • +27 21 464 55 00
  • Life Kingsbury Hospital : Wilderness Road, Claremont, 7700 • +27 21 670 40 00
  • Life Vincent Pallotti Hospital : Alexandra Road, Pinelands, 7405 • +27 21 506 51 11
  • Netcare Blaauwberg Hospital : Waterville Crescent, Sunningdale, 7441 • +27 21 554 90 00
  • Mediclinic Panorama : Rothschild Boulevard, Panorama, 7500 • +27 21 21 938 21 11

East London

Hôpitaux :

  • Life St Dominic’s Hospital : 45 St Marks Road, Southernwood, 5201 • +27 43 707 90 00
  • Life Beacon Bay Hospital : 32 Quenera Drive, 5205 • +27 43 711 51 00

Port Elizabeth

Hôpitaux :

  • Life St George’s Hospital : 40 Park Drive, 6001 • +27 41 392 61 11
  • Netcare Greenacres Hospital : Corner Cape and Rochelle Road, Greenacres, 6045 • +27 41 390 70 00

Pretoria

Hôpitaux :

  • The Steve Biko Academic Hospital : c/o Voortrekkers Road and Malan Street, Capital Park • +27 12 354 10 00 ou 012 354 15 97 (urgences)
  • Wilgers Hospital : 553 Denneboom Rd, Pretoria • +27 12 807 00 19

Durban

  • Netcare St Augustine’s Hospital : 107 Chelmsford Road, 4000 • +27 31 268 50 00
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Climat

Le climat est varié selon les régions, de subtropical au nord-est à océanique/tempéré au sud-ouest.

La région de Johannesburg/Pretoria est située à 1 600 / 1 700 m d’altitude.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014