Sommets Afrique-France

Présentation

Le Sommet Afrique - France a connu, à Nice, une évolution importante : le Sommet s’ouvrira aux forces vives françaises et africaines. La spécificité des relations entre la France et l’Afrique tient en effet à ce qu’elles ne se limitent pas aux relations d’Etat à Etat, mais s’étendent également aux mondes économique, culturel et associatif. Ainsi, pour le Sommet de 2010 à Nice, 80 entrepreneurs français et 150 entrepreneurs africains, venant de toutes les régions du continent, ont été conviés à participer aux travaux, de même que des organisations syndicales. Cette ouverture au monde économique et social était une première dans l’histoire des Sommets Afrique - France.

52 Etats africains ont été invités à participer au Sommet, ainsi que les représentants de l’Union européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque Mondiale.

Le Président de la République française a tenu trois réunions à huis clos avec l’ensemble des Chefs d’Etat et de Gouvernement sur les enjeux politiques majeurs du 21ème siècle : la place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale (lundi 31 mai après-midi) ; renforcer ensemble la paix et la sécurité (lundi 31 mai après-midi) ; le climat et le développement (mardi 1er juin matin).

Par ailleurs, les ministres à compétence économique français et africains, ainsi que les représentants des entreprises et des syndicats ont travaillé, le lundi après-midi, sur cinq sujets économiques : l’environnement des affaires ; le financement des entreprises en Afrique ; la formation professionnelle ; la responsabilité sociale et environnementale des entreprises ; les sources d’énergie de demain.

En effet, comme l’a souligné le Président de la République française lors de son discours au Cap en février 2008, la croissance économique de l’Afrique et la lutte contre la pauvreté dépendent de l’aide publique au développement mais aussi de l’accroissement du volume des investissements privés sur le continent. Le Sommet de Nice a donc mis en valeur le rôle de l’entreprise privée dans le développement économique et l’emploi en Afrique.

Un atelier de travail portant sur le rôle des migrants dans le développement des investissements privés en Afrique s’est tenu également le mardi 1er juin dans la matinée.

PLAN DU SITE