Conférence "1931-1938. André François-Poncet, ambassadeur de France à Berlin et le national-socialisme - rapports de Berlin" (18 mai 2017)

L’association des Amis des Archives diplomatiques a le plaisir de vous inviter à la conférence "1931-1938. André François-Poncet, ambassadeur de France à Berlin et le national-socialisme - rapports de Berlin", jeudi 18 mai 2017 à 18h30 au Quai d’Orsay

Par Jean-Marc Dreyfus, historien, maître de conférences à l’université de Manchester.

Illust: Éditions Fayard, 17.4 ko, 220x350
Éditions Fayard

En octobre 1931, André François-Poncet est nommé ambassadeur de France en Allemagne. Dans ses longs rapports – et ceux de ses consuls – transmis à Paris jusqu’à sa nomination à l’ambassade de Rome en novembre 1938, le diplomate tente d’alerter son gouvernement de l’ampleur et des dangers du national-socialisme, cette « philosophie du monde » qu’Hitler ambitionne de « répandre » à travers l’Europe. Au jour le jour, François-Poncet rapporte aussi bien l’acclamation sans précédent du dictateur lors des Jeux olympiques de 1936 et l’embrigadement de la jeunesse que la préparation du pays à la guerre par la constitution clandestine de stocks. Mais il se fait surtout le témoin de la persécution des juifs, depuis le boycott des boutiques juives à Berlin jusqu’à la saisie à Vienne des biens des Rothschild ou du baron Ephrussi.
L’historien Jean-Marc Dreyfus a recueilli et classé ces rapports en grande partie inédits comme autant de témoignages indispensables de la progressive mise en place du projet hitlérien dans l’Allemagne des années 1930. Grand observateur de cette époque fondamentale de l’histoire du xxe siècle, François-Poncet écrivait alors : « Quand les dieux ont soif, il arrive qu’ils oublient eux-mêmes leur principe et qu’ils choisissent des hommes comme Hitler pour faire d’eux les instruments de leur catastrophe. »

Jean-Marc Dreyfus est historien, Reader à l’université de Manchester (Royaume-Uni). Spécialiste de la Shoah et des génocides, il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Des camps dans Paris. Austerlitz, Lévitan, Bassano, juillet 1943-août 1944, en collaboration avec Sarah Gensburger (Fayard, 2003). Son habilitation à diriger des recherches a été publiée sous le titre L’impossible réparation : déportés, biens spoliés, or nazi, comptes bloqués, criminels de guerre (Flammarion, 2015).


Ministère des Affaires étrangères
et du Développement international, Salle Clergier
1, rue Robert Esnault-Pelterie
75007 Paris (métro Invalides)


Merci de confirmer votre présence par courriel sur archives.amis_[at]_diplomatie.gouv.fr avant le 16 mai et de vous munir d’une pièce d’identité

PLAN DU SITE