Accès rapide :

Venezuela

Les échanges commerciaux entre la France et le Venezuela en 2013

Dans un contexte de ralentissement de la croissance économique, les échanges commerciaux franco-vénézuéliens sont en forte baisse (-27%) en 2013 sous l’effet d’une très forte diminution de nos achats de produits pétroliers et miniers (-90%). Ils s’élèvent à 566 M€ et enregistrent un excédent structurel en net progression de 386 M€ (27ème en 2013). Nos exportations restent quasiment stables (-1,3%) et offrent de bonnes perspectives pour 2014. Le Venezuela représente 0,06% du commerce extérieur de la France et se situe désormais au 73ème rang de nos clients. Notre part de marché augmente légèrement face à la diminution des importations totales du Venezuela.

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (266.6 ko).

Le commerce extérieur du Venezuela en 2013

Les exportations du Venezuela se concentrent presque exclusivement sur le secteur pétrolier dont les ventes (2,5 millions de barils/jour, soit environ 90 Mds USD) permettent au pays de dégager un confortable excédent commercial sur lequel il s’appuie pour mener une politique de redistribution généreuse en faveur des classes défavorisées ainsi qu’une pétro diplomatie active avec ses principaux partenaires stratégiques. Après une forte hausse des importations en 2011 et 2012, leur niveau a baissé de 15% à 50 Mds USD en 2013, en raison de certaines restrictions dans l’accès aux devises pour le secteur privé dans le cadre du contrôle des changes. L’ascension, depuis quelques années, de la Chine et de l’inde comme deuxième et troisième clients du Venezuela soulignent le gain d’influence de ces grands alliés asiatiques au détriment des Etats-Unis, le premier partenaire historique, qui se maintient au premier rang, tant comme client que fournisseur, malgré une part décroissante.

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (269 ko).

Les investissements directs étrangers au Venezuela

Malgré une croissance économique soutenue jusqu’en 2012 et des ressources naturelles exceptionnelles, le Venezuela pâtit d’une perception mitigée en matière d’investissements étrangers, liée aux restrictions d’accès aux devises ainsi qu’à une relative insécurité juridique. Bénéfices réinvestis inclus, les flux d’investissements enregistrent une baisse de 15% en 2012 à 3,2 Mds d’USD et se concentrent à 90% dans les secteurs pétroliers (55%) et financier (35%). La France se positionne au 3ème rang du stock officiel des IDE, la plupart de nos actifs correspondant au secteur des hydrocarbures (Total).

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (269.7 ko).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014