Accès rapide :

Brésil

Les échanges commerciaux entre la France et le Brésil en 2013

Nos échanges bilatéraux sont en retrait en 2013, après avoir atteint un niveau record en 2012. La dynamique de progression des importations du Brésil avait enregistré une pause en 2012 après avoir connu une augmentation en moyenne annuelle de 13,6% entre 2000 et 2011, avec notamment des croissances record en 2010 (de 42%, record mondial) et 2011 (24,5%, soit la sixième progression mondiale). Sur les 7 premiers mois 2013, le Brésil était à nouveau le pays avec la croissance des importations la plus élevée au monde. Dans ce contexte, les exportations françaises vers le Brésil en 2013 ont également connu une progression favorable, de près de 2,5%, nettement supérieure en outre à la performance enregistrée vers le reste du monde (-1,6%). Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (167.3 ko).

Le commerce extérieur du Brésil en 2013

En 2013, les échanges bilatéraux du Brésil ont atteint 481,8 Mds USD (+3,4%), tirés essentiellement par la progression des importations (+7,4%, à 239,6 Mds) malgré la dévalorisation du réal, alors que les exportations stagnent pour la deuxième année consécutive (-0,2%). Au total, le solde de la balance commerciale du Brésil chute de près de 90%, à 2,6 Mds USD en 2013 (après un excédent de 19,5 Mds USD en 2012), soit son niveau le plus faible depuis 2001, lorsque les échanges commerciaux du Brésil étaient redevenus bénéficiaires. En dépit des fortes attentes placées dans le secteur pétrolier, qui devrait tirer à moyen terme la croissance du Brésil grâce aux réserves du pré-sal, le « compte pétrole » est aujourd’hui le principal responsable de la contre-performance du Brésil, multipliant par plus de quatre son déficit sur l’exercice écoulé. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (405.3 ko).

Les investissements directs étrangers au Brésil

Le Brésil compte aujourd’hui parmi les cinq destinations préférées des IDE dans le monde, avec des entrées nettes de plus de 60 Mds USD par an depuis 2011. Ces flux d’IDE permettent de financer le déficit courant, lequel ne cesse de se creuser sous le poids du déficit d’épargne structurel auquel fait face le pays. Juin 2014 © DG Trésor

Il semble que vous ne disposiez pas d'un plugin de lecture de fichier PDF.
Cliquez ici pour télécharger le fichier PDF - (369.6 ko).


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014