Adopter au Népal

Mme Odile Roussel, ambassadrice chargée de l’adoption internationale, s’est rendue en délégation officielle à Katmandou du 6 au 8 mars 2017. Elle y a rencontré, outre les acteurs institutionnels locaux (Mme Radhika ARYAL, secrétaire d’état adjoint, Ministry of Women, Children and Social Welfare, et M. Mahendra Prasad SHRESTA, directeur de l‘Inter-Country Adoption Board (ICAB), autorité centrale népalais pour les adoptions internationales), de nombreux interlocuteurs non gouvernementaux et représentants d’autres pays d’accueil.

Il ressort de ces entretiens et visites d’institutions de recueil d’enfants que le Népal n’est pas encore prêt à une réouverture aux adoptions internationales. En conséquence la France, comme les autres pays d’accueil, continue à s’abstenir de présenter de nouveaux dossiers aux autorités népalaises.

L’UNICEF et le Bureau permanent de la Conférence de La Haye ont notamment fait en 2016 des recommandations et pas moins de 48 propositions d’amendements sur le projet de loi népalais visant à mettre en œuvre les principes de la convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale dont le Népal est signataire depuis 2009.

Des demandes de coopération institutionnelle ont été formulées par les autorités népalaises. La Mission de l’Adoption internationale entend y répondre sous couvert de l’UNICEF, du SSI ou encore du Bureau Permanent de La Haye, et espère que les autorités népalaises pourront, dans l’intérêt supérieur des enfants et dans l’esprit des recommandations de l’UNICEF et du Bureau Permanent de La Haye, prendre rapidement les mesures nécessaires, afin de permettre l’application effective de la Convention de La Haye du 29 mai 1993.

06.06.2017

Actualité Népal (16.08.10)

Depuis plusieurs mois, la concertation multilatérale, à laquelle participe activement la France, a exprimé ses profondes réserves sur le dispositif actuel de l’adoption internationale au Népal, et notamment, sur la fiabilité des documents attestant de l’origine des enfants népalais proposés à l’adoption, ainsi que de leurs conditions d’abandon et de prise en charge.

Dans ce contexte délicat, la France, comme plusieurs autres pays d’accueil, s’est abstenue de présenter de nouveaux dossiers aux autorités népalaises.

S’agissant des quelques dossiers toujours en cours de traitement, l’Ambassade de France à Kathmandou et le Service de l’Adoption internationale, autorité centrale au sens de la Convention de La Haye, demeurent vigilants quant au profil des enfants qui sont ou seraient proposés en adoption à des ressortissants français par l’intermédiaire d’un opérateur français.

Le Service de l’Adoption internationale réaffirme sa volonté de coopération, et espère que les autorités népalaises pourront, dans l’intérêt supérieur des enfants, et dans l’esprit des recommandations de l’UNICEF et du Bureau Permanent de La Haye, prendre rapidement les mesures nécessaires, afin de permettre l’application effective de la Convention de La Haye du 29 mai 1993, dont le Népal est signataire.

Nombre d’enfants adoptés :

  • 2014 : 0
  • 2015 : 0
  • 2016 : 0

Mise à jour : juin 2017

Informations complémentaires

PLAN DU SITE