Accès rapide :

Adopter en Lettonie

Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, entrée en vigueur le 1er décembre 2002.
Personnes pouvant accéder à l’adoption :
Pictogramme pour les couples mariés sans enfant sont acceptés les couples mariés sans enfant sont acceptés
Pictogramme pour les couples mariés avec enfant sont acceptés les couples mariés avec enfant sont acceptés
Pictogramme les célibataires sont acceptés les célibataires sont acceptés

Avant-propos : Exigences de la législation française

Nombre d’enfants adoptés :

  • 2011 : 22
  • 2012 : 37
  • 2013 : 25

I - Exigences du droit local

1. Le cadre juridique de l’adoption

  • Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale
  • Réglementation 111 du 11 mars 2003
  • Code civil de la République de Lettonie (articles 162 à 176 amendés successivement le 1 janvier 2003 puis le 7 avril 2005, articles 259 à 263 amendés successivement le 31 octobre 2002 puis le 1er janvier 2003)

2. Qui peut adopter

  • Peut adopter toute personne âgée de plus de 25 ans, mariée ou célibataire ; toutefois en pratique, la candidature d’hommes célibataires n’est pas retenue.
  • L’adoptant doit présenter une différence d’âge avec l’adopté de 18 ans minimum.

3. Quels enfants peuvent être proposés à l’adoption internationale ?

  • L’adopté doit être un enfant orphelin ou un enfant dont les parents ont été déchus du droit parental ou un enfant dont les parents ou les représentants légaux ont valablement consenti à l’adoption.
  • La mère ne peut donner le consentement à l’adoption de son enfant qu’à l’expiration du délai de six semaines après l’accouchement.
  • A partir de 12 ans, le consentement de l’enfant est requis.

En vertu du principe de subsidiarité, l’enfant doit être proposé au préalable aux adoptants lettons. Ce n’est que faute de pouvoir trouver une solution nationale, que l’enfant peut être proposé à l’adoption internationale.

Les autorités lettones ont fait savoir que, dans l’hypothèse où l’agrément français serait rendu caduc par l’arrivée au foyer des adoptants d’un enfant (pupille de l’état ou enfant adopté dans un autre pays), les adoptants ne conserveront pas leur rang d’enregistrement et devront initier une nouvelle procédure.


Par ailleurs, le ministère de l’Enfance et de la famille a communiqué à la Mission de l’Adoption Internationale (MAI) de nouvelles règles encadrant la réception et le traitement des dossiers de candidatures étrangères à l’adoption.

Les décisions des autorités lettones, décrites infra, se fondent sur :

- l’évolution de l’adoption dans le pays : au cours des dernières années, le ministère a constaté une augmentation du nombre des familles lettonnes candidates à l’adoption d’enfants âgés de moins de quatre ans et n’ayant pas de problème de santé.

- l’ensemble des statistiques de l’année 2007 en matière de candidatures étrangères :

Doc:Ensemble des statistiques lettonie 2007 , 58.2 ko, 0x0
Ensemble des statistiques lettonie 2007 - (PDF, 58.2 ko)

A la lumière de ces éléments, le ministère n’instruira, à compter du 1er mars 2008 et jusqu’au 31 décembre 2009, que les candidatures de ressortissants étrangers souhaitant adopter selon les critères suivants :

  • fratrie de 3 enfants ou plus,
  • enfants âgés de plus de 10 ans,
  • enfants atteints d’un handicap mental, moteur ou d’une pathologie grave,
  • enfants dont une liste indicative figure sur le site internet du ministère letton en charge des Affaires de la famille et de l’enfance (site en anglais) : www.bm.gov.lv/eng/adoption/information_on_adoptable_children/

Les candidatures n’entrant pas dans ce cadre seront retournées à l’Agence Française de l’Adoption.


4. Qui peut vous accompagner dans votre démarche ?

Aucun organisme autorisé et habilité pour l’adoption (OAA) n’étant actuellement accrédité en Lettonie, la transmission des dossiers des adoptants doit être effectuée par l’Agence Française de l’Adoption (A.F.A.).


II - Type de décision


1. Forme de la décision

La décision prononcée par les autorités lettones est une décision judiciaire.

2. Effets de la décision

  • Rupture des liens de filiation entre l’enfant et sa famille d’origine ;
  • Création d’un lien de filiation entre l’enfant et la famille adoptive ;
  • Révocabilité ;


III - Procédure

1. Constitution du dossier en France

Voir le site Internet de l’A.F.A. : www.agence-adoption.fr


2. Procédure locale

Transmis par l’ A.F.A. à la section consulaire de l’ambassade de France à Riga, le dossier des adoptants est déposé au Ministère en charge des Affaires de la famille et de l’enfance qui en accuse réception et l’examine dans le délai d’un mois. Un accusé de réception est alors retourné à l’ A.F.A. pour confirmer que les adoptants sont inscrits sur la liste des candidats désirant adopter un enfant letton.

Les dossiers sont traités en fonction des besoins spécifiques des enfants dans l’ordre chronologique de leur arrivée mais également en fonction de la demande des candidats : âge de l’enfant, fratrie, enfant à particularités, etc.

Le Ministère de la Famille et des Enfants envoie la proposition d’enfant à l’A.F.A. pour transmission aux adoptants. Ceux-ci devront confirmer sous 14 jours à partir de sa réception leur intérêt pour l’enfant proposé ; faute de réponse de leur part, la proposition d’enfant sera considérée comme refusée. La réponse, explicitement motivée en cas de refus, sera envoyée à la l’Agence Française de l’Adoption pour transmission à l’Autorité centrale lettone.

Les candidats à l’adoption doivent prévoir un temps de séjour sur place suffisamment long pour satisfaire à l’obligation de la période de convivialité, en général de 3 semaines.Un autre déplacement devra être envisagé lors du prononcé du jugement d’adoption par le tribunal letton.

Les adoptants se rendent en Lettonie pour rencontrer l’enfant placé en institution et prendre connaissance de son dossier médical et personnel. Ils recevront au préalable du Ministère letton de la Famille et des Enfants, via l’ A.F.A., une injonction qui sera présentée au directeur de l’orphelinat accompagnée des pièces d’identité des adoptants. Sur place, l’assistance d’un traducteur est indispensable.

Il est conseillé aux adoptants de se mettre en relation avec les services consulaires de l’Ambassade de France à Riga dès leur arrivée dans le pays, afin de les informer de leur projet d’adoption.

Dans un délai de 10 jours, les adoptants prennent la décision d’accepter ou non le placement de l’enfant en vue de son adoption. Le Tribunal des orphelins (Tribunal communal), équivalent des conseils de famille français, se prononce alors sur le placement de l’enfant, fixe le lieu du domicile temporaire en Lettonie pour effectuer une période de vie commune et en détermine la durée. La période du placement probatoire ne peut excéder 6 mois.

A l’expiration de la période du placement, le Tribunal des orphelins donne son avis à l’Autorité centrale lettone quant au projet d’adoption. L’adoption en Lettonie par des personnes étrangères n’est possible qu’après avoir reçu l’accord (l’agrément) du Ministre de l’Enfance et de la Famille. Cet agrément au nom des adoptants est valable 3 mois.

Il importe de veiller à ce que l’accord à la poursuite de la procédure soit délivré par les autorités du pays d’origine de l’enfant et par l’ A.F.A. ou l’ OAA antérieurement au jugement d’adoption.

Si cette étape n’est pas respectée, la procédure ne pourra pas bénéficier des dispositions de la Convention de La Haye.

La présence d’un avocat n’apparaît pas obligatoire au cours de la procédure.
Le Code Civil letton (article 261) exige la comparution personnelle des adoptants lors du procès civil.

Après le jugement, l’enfant est confié aux adoptants. Le département de la citoyenneté et de l’immigration du Ministère de l’intérieur letton peut alors délivrer un passeport. L’adoption ne devient définitive que 20 jours après le prononcé du jugement. Il est rappelé aux adoptants la nécessité de respecter ce délai d’appel qui conditionne la possibilité de sortie de l’enfant du territoire letton.

AVANT DE QUITTER LE SOL LETTON, LES ADOPTANTS DOIVENT IMPÉRATIVEMENT SOLLICITER AUPRÈS DE L’AUTORITÉ CENTRALE LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT DE CONFORMITÉ (ARTICLE 23 DE LA CONVENTION DE LA HAYE DU 29 MAI 1993 SUR LA PROTECTION DES ENFANTS ET LA COOPÉRATION EN MATIÈRE D’ADOPTION INTERNATIONALE).
CE DOCUMENT EST INDISPENSABLE POUR LA TRANSCRIPTION EN FRANCE DE LA DÉCISION LOCALE D’ADOPTION.

Certaines institutions françaises (sécurité sociale, allocations familiales , …) peuvent exiger des adoptants un document attestant de la date d’entrée de l’enfant en France (photocopie du passeport portant le cachet de la police de l’air et des frontières).

S’agissant de la question des dons aux institutions, l’autorité centrale lettone rappelle que les adoptants ne sont nullement tenus de faire un don à l’établissement dans lequel réside leur enfant et qu’aucune sollicitation ne saurait leur être demandée. Cependant, s’ils souhaitent, en fin de procédure, aider l’orphelinat, il est recommandé de privilégier les dons en nature tels que jouets, couches, achat de médicaments… En cas de dons financiers, il convient d’exiger un reçu de la part du chef d’établissement afin d’éviter toute malversation et enrichissement personnel. Toute requête indue devra être signalée à l’Autorité centrale lettone.

IV - Après l’arrivée de l’enfant en France

Le visa d’entrée en France n’étant plus exigé pour les ressortissants lettons, les adoptants devront informer le bureau d’Aide Sociale à l’Enfance de leur département, ainsi que l’AFA ou l’OAA qui a instruit leur dossier d’adoption, de l’arrivée de l’enfant au foyer.

1. Suivi de l’enfant

Le ministère letton en charge des Affaires de la Famille et de l’Enfance exige la transmission par le biais de l’ AFA de deux rapports traduits selon la périodicité suivante :

- 1 an et 2 ans après l’adoption

Il est rappelé que le non-respect de cette obligation de suivi pourrait avoir des incidences sur le maintien de l’adoption internationale en Lettonie et nuire ainsi au projet des futurs candidats à l’adoption dans ce pays.

2. État civil et nationalité de l’enfant

Les adoptants sont invités à transmettre le dossier d’adoption de l’enfant, aux fins de transcription, au Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Nantes.

Il acquiert automatiquement la nationalité française dès la transcription de la décision d’adoption.

V - Contacts utiles

1. Agence Française de l’Adoption (AFA)

19 boulevard Henri IV

75004 Paris

Tél : 01 44 78 61 40

2. Autorité centrale lettone

Ministère de la protection

28 rue de l’École
RIGA, LV-1331

Labklājības ministrija
Skolas ielā 28,
Rīga, LV – 1331

Téléphone : +371 6702 1600

Fax : +371 6727 6445

Courriel : lm [at] lm.gov.lv

Site internet de l’autorité centrale lettone : www.lm.gov.lv

3. Représentations diplomatiques

- Représentation diplomatique française en Lettonie

- Représentation diplomatique lettone en France

VI - Documents annexes

Doc:Engagement sur l’honneur , 48.2 ko, 0x0
Engagement sur l’honneur - (PDF, 48.2 ko)

En savoir plus : www.agence-adoption.fr

Mise à jour : janvier 2014


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014